La Une de LibertyVox en RSS: 15 derniers articles 30 Tous
Retour à l'accueil
Retour à la Une  

Penser le réel, qu’ils disent

« Les crimes contre l’humanité définissent ce qu’est l’islam depuis toujours ». Pour Aristoclès on « panse » le réel au lieu de le « penser ».

Meurtres de masse, assassinats, éventrements de femmes enceintes, génocides, extermination de « races » jugées inférieures ou nuisibles, destruction de tous les lieux de culte qui ne sont pas des mosquées, égorgements publics, esclavage, razzias, enlèvements, viols, ventes publiques de femmes et d’enfants, bombes explosant dans les lieux publics, rançons, suppression des libertés publiques, tortures, racisme viscéral et sans limite, haine vouée aux Juifs, aux chrétiens, aux mécréants, à l’Autre, à l’humanité, appels au crime, etc. Tels sont les crimes commis récemment par les musulmans au nom de leur Allah et pour la plus grande gloire de leur islam.

La liste des crimes commis depuis l’hégire, c’est-à-dire depuis l’an 622 de notre ère, remplirait, dressée par un historien scrupuleux, des millions de pages. Parmi ces crimes, il n’y en a aucun que les nazis ou les communistes n’aient pas commis au XXe siècle. A ce beau bilan de l’islam, il ne manque que l’empoisonnement industriel par les gaz toxiques de millions d’innocents. Que l’on ne s’alarme pas : la lacune est due ou à un léger retard industriel que le Qatar, l’Arabie, le Koweit, etc. vont vite combler ou à la préférence raciale pour le sabre à égorger – le si justement nommé sayf el islam.

Ce bilan n’est pas limité aux seuls pays arabes et musulmans. Il est universel. Là où vit un musulman, la loi d’Allah est appliquée. Alors ça tue, ça massacre, ça viole, ça égorge, ça réduit à l’esclavage, ça vend des êtres humains, ça extermine les inférieurs, etc. où que ça soit, dans les pays d’islam et en Argentine, en Belgique, en Suède, en Australie, aux Philippines, en Grande-Bretagne, au Kenya, en Centrafrique, en Allemagne, en Espagne, en France, etc. Entre 1940 et 1944, les nazis n’ont pas osé tuer d’enfants juifs en France ; en 2012, un musulman l’a fait. Il n’y a que les îles Kerguelen qui soient préservées pour le moment. Pour combien de temps encore ?

L’essence du nazisme, c’est la purification de vastes territoires que l’Allemagne a conquis entre 1941 et 1944 et l’extermination dans ces territoires (Lituanie, Pologne, Biélorussie, Ukraine, Roumanie, zones occidentales de l’URSS) des peuples qui y vivaient depuis la nuit des temps. L’essence de l’islam, c’est la même chose, à une différence près. Les nazis ont commis leurs crimes loin de chez eux, quasiment sans témoin, hors de portée de toute caméra. Les musulmans commettent les mêmes crimes sous nos yeux, chez nous ou près de chez nous, devant les caméras et en direct, à portée de n’importe quel i-phone. Les nazis cachaient leurs crimes, les communistes aussi, allant jusqu’à les nier, les musulmans les commettent publiquement, au vu et au su du monde entier. Même les quelques résidents des îles Falkland en ont connaissance, même les Inuits du Grand Nord canadien, même les Evenks de Sibérie, même les journaleux de France Télévision, même les « chercheurs » du CNRS ou de l’EHESS ou du Collège de France, même les politiciens français, qu’ils soient députés, ministres, sénateurs, présidents de conseils régionaux, maires, etc. Tout homme, où qu’il vive, les a vus. En 1945, les Allemands, devant répondre des crimes contre l’humanité commis en leur nom et par les leurs, objectaient : « Je ne savais pas ». Aujourd’hui, personne ne peut prétexter qu’il ne savait pas.

L’islam apparaît dans sa vérité nue. Les crimes contre l’humanité définissent ce qu’est l’islam depuis toujours. Et pourtant, tout le monde se tait, fait profil bas, courbe l’échine, rase les murs, préfère fermer les yeux pour ne pas voir et se boucher les oreilles pour ne pas entendre les râles des millions de victimes. C’est aveuglement à tous les étages, comme naguère le gaz dans les immeubles de Paris et, dans les media, dans les associations lucratives sans autre but que négationniste, dans les laboratoires de recherche en sciences sociales, partout où ça prétend penser, c’est la complaisance pour l’islam, la compassion pour les musulmans, la compréhension pour les tueurs. Les intellos et intellotes CNRS, EHESS, Seuil, Universités, IMA, etc. pensent le réel. Qu’ils disent ! L’islam leur fournit du réel à en vomir (montagnes de corps suppliciés, libertés abolies, femmes transformées en marchandises, haines, racisme viscéral, crimes contre l’humanité), mais à aucun moment ce réel ne parvient à leur conscience. Ils pensent le réel, oui, mais avec un « a ». Ils le couvrent de pansements, de plus en plus épais et de plus de plus étendus, pour que, justement, plus personne ne le voie. « Pansez ce réel que l’on ne saurait voir ». Ils sont grassement payés pour « panser ». Ils font de leurs pensées des pansements.

En arabe, moudjahid désigne celui qui fait le djihad. Les tueurs de l’Etat islamique sont des moudjahidine, de même que ceux d’AQMI, de Boko Haram, d’Al Qaïda, etc. Pour ne pas avoir à les désigner de ce nom, les intellos et intellotes ont forgé le néologisme djihadiste, monstrueux mixte d’arabe et de français. C’est que moudjahid ferait penser (penser et non pas panser) que les petits copains algériens à Hollande, Sartre, Jospin, Jeanson, Rocard, Bourdieu, Chirac, etc. ont commis les mêmes crimes barbares que DAESH ou Boko Haram et que ces connivences anciennes ont engagé ces politiciens et intellos sur la voie royale de la collaboration avec la Bête immonde. France 2 s’y est engagée au journal de 20 heures le mercredi 24 septembre au sujet de l’égorgement d’un Français en Algérie. L’islam étant sacré, tabou, haram, intouchable, etc., on s’est prosterné pour ne pas voir la réalité. La chaîne (oui, le mot est juste et France Télévision fait tout pour mériter ce nom) a organisé un happening, dont sont friandes les agences de pub. Un Anglais a été égorgé quelques jours auparavant. Des musulmans, femmes voilées et hommes barbus, ont brandi, devant les caméras de l’agence de pub, un panonceau sur lequel est écrit not in my name, tout cela pimenté des habituels « l'islam, ce n'est pas cela », « ce ne sont pas des musulmans qui font cela », « le Coran interdit de faire cela ». La chaîne p…, dite française, a diffusé ces images de pub gratuitement. En 1945, les Allemands ne se sont pas dissimulés derrière des not in my name. Ils ont avalé leur honte, ils ont dédommagé les victimes et ils ont juré « plus jamais ça ». Les nazis ont disparu en Allemagne ; en France, barbus et voilées, ils pullulent. Lors du même journal, un politicien, invité pour flinguer Sarkozy, a distingué le vrai islam, celui des milliardaires, du « faux » islam, celui des égorgeurs – ou inversement. Si Mahomet ouïssait ces fables, il s’extrairait de l’enfer pour défendre l’honneur des égorgeurs. Un autre invité, intello adorateur de la bourgeoisie pieuse qui finance les salafistes, le Califat, les égorgeurs, a entonné le même refrain que le politicien.

Les musulmans établis en Occident voudraient que leur barbarie remplace notre civilisation. Les intellos aussi. Quant aux politiciens, il ne semble pas qu’ils désapprouvent ce projet. S’ils le désapprouvaient, ils le diraient. Or, ils se taisent et ne s’y opposent pas. Qui ne dit mot consent. 

© Aristoclès pour LibertyVox

 

 

 

Retour à la Une

© Aristoclès pour LibertyVox - Article paru le 03/11/2014 Imprimer cet article
URL de cet article = http://libertyvox.com/article.php?id=505