LibertyVox • Voir le sujet - FIL MEDICAL : Cancer, maladies, maladies rares et orphelines
 
 
Retour à l'accueil
Index du forum

LibertyVox

La voix est libre !
Nous sommes le 26 Nov 2020, 10:49

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1114 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 71, 72, 73, 74, 75  Suivant
Auteur Message
MessagePublié: 09 Oct 2013, 08:29 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
Peut-être une piste ? Mais il y a eu tant d'espoirs déçus... :wink:

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/10/08/21353-eduquer-son-systeme-immunitaire-contre-cancer

Éduquer son système immunitaire contre le cancer
Par figaro iconPauline Léna - le 08/10/2013

De nouvelles techniques d'immunothérapies permettent d'apprendre à l'organisme à s'attaquer à certaines tumeurs cancéreuses.

Puiser dans les puissantes ressources du système immunitaire pour lutter contre le cancer: une idée ancienne qui occupait à nouveau tous les esprits au cours du congrès de l'Asco (American Society of Clinical Oncology), en août dernier. De nouvelles techniques d'immunothérapies permettent en effet d'apprendre à l'organisme à s'attaquer aux tumeurs cancéreuses. Depuis 2010, deux nouveaux médicaments ont déjà été autorisés pour le traitement de cancers de la prostate et de mélanomes résistants aux traitements existants. Deux autres sont proches de la commercialisation et la liste s'allonge alors que la recherche contre le cancer se concentre sur cette nouvelle approche qui promet un traitement d'autant plus efficace que chaque patient devient acteur dans la lutte contre son cancer.

Une immuno-surveillance naturelle

Tout commence avec William Coley, un médecin américain qui, dans les années 1890, injecte des protéines bactériennes dans des tumeurs osseuses qui rétrécissent alors ou disparaissent. Il soupçonne que le système immunitaire, activé par ce «vaccin», s'est attaqué aux tumeurs. Cette approche conduit à la mise au point, en 1975, d'un traitement du cancer de la vessie par injection de vaccin contre la tuberculose, encore utilisé de nos jours. L'observation épidémiologique des patients immunodéprimés permet par ailleurs de constater qu'ils développent plus de cancers que la population générale. Très prometteuse, l'immunologie appliquée au cancer a cependant subi un recul majeur avec le développement des molécules cytotoxiques qui ont connu la faveur de la recherche, et des investisseurs, après leurs succès dans le traitement des leucémies dans les années 1950.

L'immunologie a pu reprendre la main lorsque, dans les années 1990, la signature antigénique des tumeurs a pu être identifiée, ouvrant la porte au développement de vaccins spécifiques. Plus récemment, des chercheurs français ont établi une corrélation entre l'abondance de lymphocytes activés autour des tumeurs coliques et le pronostic des patients. «Tous ces travaux démontrent qu'il existe une immuno-surveillance naturelle des tumeurs chez l'homme», souligne le Pr Laurence Zitvogel, oncologue à l'Institut Gustave-Roussy de Villejuif et directrice de l'unité Inserm 1015.

Avec son équipe, elle a également démontré que les chimiothérapies sont 10 à 100 fois plus efficaces sur des animaux dont le système immunitaire est intact. «Les cellules tumorales qui meurent grâce à la chimiothérapie ont la capacité, chez certains individus, d'enseigner aux lymphocytes présents comment détruire la tumeur.» L'objectif de tous les travaux actuels est à la fois d'identifier les patients qui ont cette capacité naturelle et de mettre au point des traitements capables de déclencher cette réponse chez les autres. Forts de ces diverses observations, les chercheurs ont d'abord recherché des récepteurs sur la surface des lymphocytes capables d'activer la réponse du système immunitaire contre les tumeurs, une approche qui a déclenché une violente tempête immunitaire chez les premiers patients, provoquant leur mort.

À la recherche des meilleures combinaisons

La recherche se concentre désormais sur d'autres récepteurs, capables de désactiver les freins qui empêchent les lymphocytes de s'attaquer aux tumeurs. Une approche plus subtile qui a conduit, en 2011, à la mise sur le marché de l'ipilimumab, un anti-CTL-A4, contre les mélanomes métastatiques et qui se révèle très efficace pour 10 à 15 % des patients. Très proche de la commercialisation, un anti-PD-1 a été développé par une équipe japonaise et montre jusqu'à 40 % de réponses partielles ou complètes sur divers types de tumeurs. La recherche est déjà entrée dans une toute nouvelle phase, à la recherche des meilleures combinaisons pour chaque patient: plus efficace et moins toxique.

L'immunothérapie offre des promesses nouvelles aux patients mais son développement est coûteux et repose sur une collaboration étroite entre chercheurs et cliniciens mais aussi sur la participation des patients. «Pour la première fois, nous allons pouvoir dire aux patients qu'ils peuvent s'investir dans leur traitement puisque c'est leur propre système immunitaire qui lutte», souligne le Pr Danila Valmori, directrice de l'unité Inserm 1102 à l'université de Nantes. Enthousiaste, elle explique que tout peut aller très vite à partir d'aujourd'hui mais que les patients doivent être mieux informés et plus actifs pour participer aux essais, même lorsqu'ils ont lieu un peu loin de chez eux: «Tout nouveau médicament est disponible dans au moins un centre de recherche en France et, lorsque les traitements existants échouent, il ne faut pas lâcher prise.»


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 02 Déc 2013, 13:38 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
Et dire qu'un jour toutes ces saloperies de maladies seront curables le plus simplement du monde... On est encore loin d'un traitement même si ces pistes sont encourageantes... :roll:

http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/societe/131202-israel-trouve-un-remede-pour-freiner-alzheimer

Israël trouve un remède pour freiner Alzheimer
02 Décembre 2013 11:22

Des chercheurs ont découvert une substance contre la toxicité des protéines causant des maladies dégénératives

Des chercheurs israéliens développeraient un système qui inhibe le processus de vieillissement et pourrait prévenir des maladies comme Alzheimer, sans affecter la durée de vie, selon le quotidien Haaretz.

Selon les chercheurs de l'Université hébraïque, qui ont testé le nouveau système sur des vers, il s'agirait de la première substance qui montre un potentiel pour traiter ou prévenir les maladies dégénératives comme la maladie d'Alzheimer, de Parkinson et de Huntington .

Les conclusions de l'étude, publiées récemment dans la revue Aging Cell, renforcent l'affirmation selon laquelle le blocage de la voie de signalisation de l'insuline peut potentiellement être utilisé comme un traitement pour les maladies dégénératives du cerveau, a déclaré l'équipe de chercheurs israéliens, dirigés par le Dr Ehud Cohen de la faculté de médecine de l'Université hébraïque.

Selon Haaretz, les nouveaux résultats démontrent qu'une substance peut protéger efficacement contre la toxicité des protéines associées aux maladies neurodégénératives, par inhibition sélective du processus de vieillissement. Les chercheurs ont déposé un brevet pour leur découverte.

Bien que ce soit seulement une première étude, elle pourrait s'avérer être très importante. C'est la première fois qu'une diminution de la toxicité de la protéine a été obtenue en utilisant des outils pharmacologiques, pouvant théoriquement être utilisés sur les êtres humains, soutiennent les chercheurs.

Le Dr Cohen a toutefois mis en garde contre cette toute conclusion hâtive: "la route des vers à l'homme est longue. Nous avons récemment obtenu le feu vert pour procéder à une étude sur des souris qui va commencer dans quelques semaines".


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 20 Fév 2014, 10:04 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
Une femme amenée par les pompiers aux Urgences de Cochin est morte dans la salle d'attente, sans que personne ne s'en rende compte au bout de 6 heures d'attente... :roll: Je ne suis pas toujours d'accord avec Patrick Pelloux mais il dit une chose fort juste : avant la réforme de 1988, sous Mitterrand, président socialiste donc, il y avait 4000 services d'urgence, depuis la réforme : 690 alors que la population a augmenté ainsi que les missions dites "sociales" desdits services, sans omettre, même s'il ne le dit pas, que beaucoup se servent désormais des urgences comme d'un dispensaire, engorgeant ces services. La tiers-mondisation de la France est déjà bien avancée... on ne cesse de reculer.

http://www.rtl.fr/actualites/info/sante/article/deces-a-cochin-il-ne-faut-pas-montrer-le-personnel-du-doigt-dit-patrick-pelloux-7769839169

Décès à Cochin : "Il ne faut pas montrer le personnel du doigt", dit Patrick Pelloux
Par La rédaction de RTL.fr | Publié le 20/02/2014 à 09h17



INVITÉ RTL - Le décès d'une femme dans une salle d'attente souligne, selon le président de l'association des urgentistes , le manque de moyens des services d'urgences.

Plus de moyens pour éviter de nouveaux drames. C'est ce que demande Patrick Pelloux, président de l'association des urgentistes et médecin au SAMU de Paris. Selon lui, le décès d'une femme de 61 ans dans la salle d'attente des urgences de Cochin souligne les difficultés rencontrées par les urgentistes.

"Ce que nous disons, c'est que l'on a raréfié l'offre de soins. Un certain nombre de personnes arrivent aux urgences et on n'a pas les moyens de s'en occuper", estime-t-il, ajoutant qu'il assiste régulièrement à des cas similaires de "retard de soins" ou de difficultés à trouver "un lit d'aval" pour un patient.

Rouvrir des structures d'urgences

S'il attend les résultats de l'enquête interne commandée par l'assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP), Patrick Pelloux estime qu'"il ne faut pas montrer du doigt du personnel qui fait ce qu'il peut", que ce soit à Cochin ou ailleurs. Selon lui, la réouverture de structures d'urgences est indispensable.

"Avant 1988, tous les établissements de santé avaient des urgences, ça en faisait 4.000. On n'a plus que 690 services d'urgences, aujourd'hui", déplore-t-il, citant le "vieillissement de la population, les patients polypathologiques et la prise en charge médico-psycho-sociale des malades" comme des facteurs de complication. "Les urgences ne peuvent pas tout faire, estime-t-il. Mais si elles doivent tout faire, il faut leur donner les moyens".


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 15 Mai 2014, 22:12 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
Un petit pas qui donne de l'espoir. :wink:

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/05/15/97001-20140515FILWWW00410-un-cancer-gueri-grace-a-la-virotherapie.php

Un cancer guéri grâce à la virothérapie
Par lefigaro.fr avec AFP. Mis à jour le 15/05/2014 à 22:29. Publié le 15/05/2014 à 22:26

Une femme de 49 ans a pour la première fois été guérie d'un cancer de la moelle osseuse après l'injection d'une dose massive de virus modifiés de la rougeole, ont annoncé cette semaine des chercheurs américains. Ce traitement n'a pas eu le même succès avec une deuxième patiente dont le cancer a néanmoins été affaibli par cette virothérapie, ont-ils précisé.

"Il s'agit de la première étude clinique à montrer la faisabilité d'une virothérapie contre des cancers ayant fait des métastases", a souligné le Dr. Stephen Russell, un hématologue de la Mayo Clinic dans le Minnesota (nord), principal co-développeur de cette thérapie anti-cancéreuse avec des virus. principal auteur de cette recherche publiée dans la revue Mayo Clinic Proceedings. "Ces patientes ne répondaient plus aux autres thérapies et avaient connu plusieurs rechutes de leur cancer", ajoute le principal auteur de cette recherche publiée dans la revue Mayo Clinic Proceedings.

Les deux malades ont reçu chacune une seule dose de ce vaccin contenant des virus génétiquement modifiés de la rougeole capable de cibler les cellules cancéreuses. La dose qu'elles ont chacune reçue aurait pu être utilisée pour vacciner 10 millions de personnes. Les deux patientes ont réagi positivement à ce traitement avec une réduction des cellules cancéreuses. Une connaît une rémission complète sans trace de cancer depuis plus de six mois.

Ces personnes sont atteintes d'un myélome multiple, un cancer des cellules du plasma dans la moelle osseuse qui provoque des tumeurs osseuses et des tissus mous. Ce cancer répond habituellement à des traitements stimulant le système immunitaire mais finit souvent par les vaincre et est rarement guéri.

La virologie anti-cancer, recourant à des agents pathogènes modifiés pour attaquer les cellules cancéreuses remonte aux années 50. Des milliers de malades ont été traités avec cette technique qui utilise de nombreuses familles de virus dont ceux de l'herpès ou du rhume. Mais il s'agit ici de la première étude bien documentée sur la rémission complète d'une malade atteinte d'un cancer invasif après l'injection d'une seule dose de virus.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 15 Mai 2014, 22:45 
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 09 Juin 2013, 20:48
Messages: 396
En lisant ton info j'ai repensé à cette histoire :

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/didier_raoult/ce-vaccin-contre-le-cancer-qui-ne-sera-pas-commercialise-08-01-2014-1777963_445.php


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 15 Mai 2014, 23:58 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
Tu te rends compte, c'était il y a 90 ans ! Quel temps perdu :roll:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 16 Mai 2014, 00:58 
Grand Pope
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 23 Fév 2006, 00:47
Messages: 14749
Le Figaro a écrit:
Ces personnes sont atteintes d'un myélome multiple, un cancer des cellules du plasma dans la moelle osseuse qui provoque des tumeurs osseuses et des tissus mous.

Il provoque surtout une atteinte secondaire rénale (via amylose). Il peut attaquer aussi l'encéphale.

Y a des trucs que je sais.... honnêtement j'aurai préféré que ça reste dans le domaine du charabia que je ne pige pas. Malheureusement, cette merde a tué.... tout près de moi.

_________________
Plus Ultra


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 11 Aoû 2014, 21:27 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2014/08/11/25002-20140811ARTFIG00291-patrick-balkany-interpelle-marisol-touraine-et-assure-qu-il-y-a-des-cas-d-ebola-en-france.php

Patrick Balkany interpelle Marisol Touraine et assure qu'il y a des cas d'Ebola en France
Par Marc de Boni. Mis à jour le 11/08/2014 à 20:40. Publié le 11/08/2014 à 19:16

Le député maire de Levallois adresse une question écrite au ministre de la Santé car il affirme que plusieurs cas ont été signalés en France. Le ministère de la Santé dément ces informations.

«Selon des sources médicales fiables, plusieurs cas (de virus Ebola, ndlr) auraient été signalés sur le territoire français». Cette déclaration choc vient de Patrick Balkany. Et selon lui, le ministère de la Santé serait au courant de la présence de malades sur le territoire français. Il publie ce lundi soir sur son site la question écrite qu'il adresse à Marisol Touraine et qui sera publiée au journal officiel dans les prochains jours.

Contacté par Le Scan, il confirme ses propos: «Je viens d'alerter en urgence le ministre des Affaires sociales et de la Santé sur les cas de virus Ebola recensés en France». Mais le parlementaire UMP refuse de livrer l'origine des «sources médicales» qu'il évoque dans sa question écrite. «Le ministère a été prévenu par mes sources et c'est tout de même curieux que l'on n'ait pas d'échos», estime le député des Hauts-de-Seine. «C'est une maladie grave, qui progresse vite et que l'on ne sait pas soigner», tient-il à préciser.

«J'ai donc demandé dès aujourd'hui au ministre, par une question écrite qui sera publiée au Journal officiel dans les prochains jours, de bien vouloir m'indiquer combien de cas atteints par le virus Ebola avaient, à ce jour, été recensés en France ainsi que leur zone d'importation», écrit-il. «Je lui ai également demandé, au vu de ces cas déclarés en France, qu'une information plus large sur les symptômes de la maladie ainsi que sur la marche en suivre en cas de soupçon d'infection, soit mise en place dans les plus brefs délais», peut-on lire sur le site de Patrick Balkany.

«Je parle de cas au pluriel mais pas encore d'épidémie. Mais je suis certain que ça va se savoir» affirme-t-il au Scan, sans livrer plus de preuves. «Au regard du caractère urgent de cette interpellation, j'espère obtenir une réponse rapide de la part de Mme le ministre», conclut-il sa question écrite.

Contacté par Le Scan, le ministère de la Santé affirme que «aucun cas de contamination par le virus n'a été recensé à ce jour en France. Le risque d'importation reste assez faible». Pour autant le ministère assure qu' «une extrême vigilance s'impose» et renvoie vers son site pour toute information complémentaire sur les mesure prévues en cas d'arrivée de malades sur le territoire.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 21 Oct 2014, 11:50 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
Je ne sais pas si cette technique pourrait permettre à des tétraplégiques de remarcher un jour, mais c'est un espoir extraordinaire :idea:

http://www.rtl.fr/actu/sciences-environnement/un-paralyse-remarche-apres-une-operation-sans-precedent-7774921708

Un paralysé remarche après une opération sans précédent
par La rédaction numérique de RTL , Avec AFP publié le 21/10/2014 à 11:23 mis à jour le 21/10/2014 à 11:35

Il s'agit d'une première, une opération chirurgicale a permis à un homme paralysé jusqu'à la taille de retrouver l'usage de ses jambes.

Un homme paralysé jusqu'à la taille à la suite d'une agression au couteau a pu retrouver l'usage de ses jambes après une transplantation de cellules nerveuses, une opération menée par des médecins polonais et présentée comme la toute première du genre. Darek Fidyka, un Bulgare, est la première personne au monde à se remettre d'une déchirure totale des nerfs de la colonne vertébrale, selon un article publié ce mardi 20 octobre dans la revue scientifique Cell Transplantation. Il peut désormais marcher avec un déambulateur et a pu reprendre une vie normale, quatre ans après son agression.

"Pour moi, c'est encore plus impressionnant que les premiers pas de l'homme sur la Lune", a commenté un professeur de l'Institut de neurologie de l'université UCL à Londres. "Quand ça commence à revenir, vous vous sentez revivre, comme si c'était une nouvelle naissance. C'est une sensation incroyable, difficile à décrire", a déclaré Darek Fidyka à la BBC (vidéo).

L'opération a été menée par une équipe de médecins polonais dirigée par le docteur Raisman. Les chirurgiens ont utilisé des cellules nerveuses du nez du patient sur lesquelles les tissus sectionnés ont pu se développer. Cette technique, découverte par l'UCL à Londres, avait donné des résultats probants en laboratoire mais n'avait encore jamais été expérimentée avec succès chez l'homme. "Nous pensons que cette procédure est une découverte capitale qui, si elle est développée, apportera un changement historique pour personnes souffrant de blessures de la colonne vertébrale", a déclaré le docteur Raisman.

Comment est-ce possible ?

Concrètement, les médecins ont transplanté des cellules olfactives engainantes, des OEC, du nez sur la colonne vertébrale. Là, ces cellules ont permis aux fibres nerveuses sectionnées de se reconstituer, ce qui paraissait jusqu'à présent impossible.

"L'opération fournit un pont qui permet aux fibres nerveuses sectionnées de grandir au-dessus du vide", a résumé le docteur Raisman, qui ajoute que "le patient est désormais capable de bouger les hanches et, sur le côté gauche, il connaît un rétablissement considérable des muscles de la jambe". "Il ne peut peut-être pas danser, mais il est enchanté", conclue-t-il.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 21 Oct 2014, 18:38 
Grand Pope
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 23 Fév 2006, 00:47
Messages: 14749
Espérons que ça n'en reste pas là et que les marchands du temple médical ne jettent pas cette technique dans les oubliettes.

C'est effectivement une révolution, une vraie.

_________________
Plus Ultra


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 04 Mar 2015, 10:16 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
C'est une première et c'est français messieurs dames ! :mrgreen:

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/premiere-greffe-de-cellules-au-coeur-j-ai-une-bonne-etoile-dit-la-patiente-7776869809

Première greffe de cellules au coeur : "J'ai une bonne étoile", dit la patiente
par Yves Calvi , James Abbott publié le 04/03/2015 à 09:20



Jacqueline a été la première patiente au monde à avoir reçu une greffe de cellules souches au cœur.

Jacqueline est la première personne au monde à avoir été opérée, il y a quatre mois, d'une toute nouvelle opération du cœur. Elle a reçu une greffe de cellules souches par le professeur Ménasché de l'hôpital européen Georges Pompidou, et est aujourd'hui en bonne santé. Pourtant en octobre dernier, elle était en insuffisance cardiaque. "C'était une grande surprise car j'ai eu une vie sans problèmes, explique-t-elle. Puis j'ai eu un infarctus. Je ne me pensais pas malade du cœur. Le professeur Ménasché est venu me voir pour me proposer son programme."

Une opération unique au monde, qui consiste à greffer une sorte de patch de cellules souches embryonnaires sur le cœur de la patiente pour qu'il se régénère. "J'ai bien compris ce qu'il voulait faire parce qu'il a été très clair, raconte Jacqueline. Je n'ai pas du tout hésité, car ce ne pouvait être que être positif, et ça l'est. Il m'a dit après que j'étais la première au monde. Je ne suis pas forcément fière, je suis contente. C'est à lui d'être fier du résultat". Elle poursuit : "J'étais la cliente idéale, mais je ne savais pas que j'étais la première, rappelle-t-elle. Une pionnière ? Tout à fait je l'assume, et je suis prête à le revendiquer. Quand je me suis réveillée je n'étais pas trop en forme. Puis tout s'est passé normalement."

Aujourd'hui Jacqueline affirme qu'elle a repris sa vie normale même si quelques petites choses ont changé. "Je doit prendre plus de médicaments qu'avant, je fais du vélo, de la marche... Il faut entretenir le muscle cardiaque. Maintenant j'attends qu'il y ait beaucoup de personnes qui fassent comme moi. Ça a tellement bien réussi."

Pour elle les choses semblent s'être faites naturellement, même si le regard des autres a un peu changé. "Je suis redevenue comme avant, affirme-t-elle. Après mon mari est plus "aux petits soins" car il a eu plus peur que moi. Mes enfants aussi. Il a envoyé des mails. On s'intéresse beaucoup à moi. Disons que j'ai une bonne étoile." nDepuis le succès de l'opération de Jacqueline, un deuxième patient a subi la même intervention récemment, avec succès.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 01 Avr 2015, 19:58 
Acerbe
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 20 Juin 2006, 04:20
Messages: 4769
http://www.pourquoidocteur.fr/Les-bacteries-resistaient-deja-aux-antibiotiques--au-14e-siecle-5610.html

Les bactéries résistaient déjà aux antibiotiques au 14e siècle
par la rédaction. Publié le 28 Février 2014

Des chercheurs marseillais on découvert que bien avant la découverte des antibiotiques, les bactéries intestinales étaient déjà porteuses de gènes de résistance.

Un projet de rénovation urbaine à Namur en Belgique a fortuitement permis de mettre au jour des latrines datant du 14e siècle et contenant encore des matières fécales fossilisées. En analysant ces fossiles, une équipe de chercheurs de l’Université d’Aix-Marseille, qui doit publier prochainement ses travaux dans la revue spécialisée Applied and Environmental Microbiology, y a identifié des bactéries très fréquemment présentes dans les intestins et des phages, les virus spécifiques des bactéries.

Des gènes de résistance présents depuis le Moyen-Age

Ces phages du 14e siècle étaient différents de ceux actuellement observables dans les selles humaines mais leurs fonctions semblent avoir été conservées dans l’évolution malgré les changements d’environnement et d’alimentation. C’est le cas notamment de la résistance aux antibiotiques. Les chercheurs ont pu observé par séquençage du génome des phages qu’ils contenaient des gènes de résistance aux toxines et aux antibiotiques. « Nos résultats démontrent que les bactériophages représentent un ancien réservoir de gènes de résistance et cela depuis bien avant le Moyen-Age », souligne Christelle Desnues, l’une des auteurs de l’étude.

Comment expliquer que les gènes de résistance soient apparus bien avant 1928 et la découverte de la pénicilline par le britannique Alexander Flemming ? « Tout simplement parce que les antibiotiques et les toxines étaient naturellement déjà présents dans la nature. Les gènes de résistance des phages devaient probablement permettre aux bactéries intestinales de s’en protéger », explique la microbiologiste.

Les chercheurs se sont pour le moment concentrés sur la partie virale des coprolites, c’est-à-dire des matières fécales fossiles. Mais ils prévoient également d’étudier les champignons et parasites présents, ce qui pourrait, selon les auteurs, intéresser aussi bien les microbiologistes que les historiens et les anthropologues.

_________________
Roma Æterna 753 av. JC - 1453 ap. JC / Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice. George Orwell.. :serb:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 13 Avr 2015, 23:34 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
On n'y est pas encore, mais on finira par y arriver. C'est un espoir en tout cas. :wink:

http://jforum.fr/2015/04/israel-des-chercheurs-ont-decouvert-une-proteine-capable-deradiquer-le-cancer/

Israël : des chercheurs ont découvert une protéine capable d’éradiquer le cancer
Dépêches 13/04/2015

La recherche a été menée par le professeur Aaron Ciechanover, lauréat du Prix Nobel de chimie

Une équipe de chercheurs israéliens de l’Université du Technion à Haïfa a fait la découverte de deux protéines capables d’éradiquer le cancer et de contrôler le développement et la croissance de cellules cancéreuses, rapporte lundi le site d’information Times of Israel.

La recherche a été menée par le laboratoire du professeur Aaron Ciechanover, lauréat du Prix Nobel de Chimie, et dirigée par le docteur Yelena Kravtsova-Invantsiv. Des étudiants, chercheurs et médecins des centres hospitaliers Rambam à Haïfa et Hadassah à Jérusalem ont contribué à l’étude.

Dans un article publié la semaine dernière dans le magazine Cell, les chercheurs expliquent comment une forte concentration des protéines KPC1 et p50 dans les tissus pourraient supprimer les cellules cancéreuses.

La recherche a été réalisée sur des tumeurs humaines développées chez des souris, ainsi que sur des échantillons de tumeur humaines.

Toutefois, le professeur Ciechanover a affirmé qu’il faudrait encore des années de recherche pour comprendre le mécanisme qui est à l’origine de la suppression des tumeurs. « Le développement d’un traitement basé sur cette découverte est une possibilité, mais pas une certitude », a-t-il déclaré.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 14 Avr 2015, 07:52 
Du Crime
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 21 Aoû 2006, 18:43
Messages: 8693
Localisation: dans la jungle
En tout cas, Israël est en soi une protéine divine prouvant que l'on peut éradiquer le cancer cosmopolito-mondialiste.

_________________
L'homme pense et Dieu rit
Cioran


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 25 Avr 2015, 21:23 
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 09 Juin 2013, 20:48
Messages: 396
http://www.breizh-info.com/25630/sante/penuries-de-vaccins-en-france-que-se-passe-t-il-vraiment/

Pénuries de vaccins en France. Que se passe-t-il vraiment ?
24/04/2015 – 07H00 France (Breizh-info.com via Santé Nature Innovation) –

Image

Les parents qui souhaitent faire vacciner leur enfant contre la diphtérie, la poliomyélite et le tétanos (vaccin DTP, obligatoire en France) ont un gros problème. Depuis le mois de septembre 2014, ce vaccin n’est plus disponible en pharmacie. Il y a rupture de stock. Or des sanctions pénales sont prévues contre les parents en cas de non respect des vaccinations obligatoires. Prison et amendes, voici ce que dit la loi : « Le refus de se soumettre ou de soumettre ceux sur lesquels on exerce l’autorité parentale ou dont on assure la tutelle aux obligations de vaccination prévues aux articles L. 3111-2, L. 3111-3 et L. 3112-11 ou la volonté d’en entraver l’exécution est puni de six mois d’emprisonnement et de 3 750 euros d’amende. »

Dilemme insurmontable

Au-delà d’un débat scientifique nécessaire et légitime sur l’utilité et les dangers de cette vaccination, mais qui est interdit de fait par les Autorités de santé françaises, parents et médecins sont confrontés à un dilemme insurmontable dans l’état actuel des choses :

le seul vaccin DTP sans aluminium a été retiré du marché en juin 2008. Les laboratoires Mérieux, qui disposent toujours aujourd’hui d’une autorisation de mise sur le marché (AMM) pour ce vaccin, en ont cessé la production. Cela veut dire que, depuis 7 ans maintenant, les parents n’ont pas d’autre choix que de faire injecter à leurs enfants un vaccin contenant un des pires poisons qui soient. Pour rappel, l’aluminium est un dangereuxneurotoxique (toxique pour les nerfs et le cerveau). Il est soupçonné de provoquer la maladie de Parkinson.

Depuis le mois de septembre 2014, la situation est devenue plus absurde et dangereuse encore. Même les vaccins DTP avec aluminium sont devenus introuvables en pharmacie. Les représentants des deux labos qui produisent ces vaccins (GlaxoSmithKline et Sanofi) viennent d’informer les pharmacies qu’ils ne les commercialiseront pas en 2015 et sans doute pas non plus en 2016.

Pour respecter leur obligation vaccinale, les parents sont désormais censés faire injecter à leurs enfants un vaccin dit « hexavalent », le seul qui contienne encore le DTP, mais qui a l’immense avantage de contenir en plus un cocktail de 3 vaccins avec aluminium (coqueluche, Haemophilus influenzae et hépatite B), dont les conséquences sur le système immunitaire immature des enfants ne sont ni mesurées, ni maîtrisées.

Dangers du vaccin hexavalent

Il existe un débat sur les « simples » vaccins, qui ne concernent qu’une maladie, avec encore récemment le scandale des décès en Italie et la mort de deux enfants en France officiellement reconnus comme causés par le vaccin contre la gastro. L’un des nourrissons avait reçu une injection de Rotarix, du laboratoire GSK, et l’autre s’était vu administrer le vaccin Rotateq de Sanofi Pasteur MSD.

Mais les vaccins « hexavalents », qui prétendent immuniser contre 6 maladies graves d’un coup, sont plus controversés encore. Les travaux du Pr Gherardi (Inserm) et du Pr Authier (Institut de Recherche médicale Henri Mondor) ainsi que ceux d’autres chercheurs étrangers ont montré que ces vaccins seraient neurotoxiques. Ils entraîneraient des maladies dégénératives et auto-immunes par la quantité de vaccins injectés au cours de la première année de vie alors que le système immunitaire du nourrisson est fragile.

Pratiqués sur des petits de quelques semaines seulement, ils fonctionnent en déclenchant une tempête du système immunitaire dont il est tout à fait normal de redouter les conséquences, aussi bien sur le long terme, avec les maladies auto-immunes, que sur le cours terme, avec un choc anaphylactique. (Un choc anaphylactique est un accident potentiellement mortel provoqué par un emballement de nos défenses naturelles qui inondent l’organisme de cellules et messagers immunitaires).

À noter que le calendrier vaccinal recommande en effet de réaliser le même jour le vaccin Prévenar, qui comporte pas moins de 13 valences de pneumocoques (nombre de maladies contre lesquelles le vaccin est censé protéger). Or, les réactions neurologiques peuvent augmenter lorsque l’on combine ces différents vaccins.

De plus, à deux mois, la barrière hémato-encéphalique des enfants n’est pas achevée. Il s’agit de la barrière naturelle qui protège le cerveau des toxines pouvant être présentes dans le flux sanguin. C’est la raison pour laquelle injecter à un nourrisson un produit chargé en aluminium serait bien plus problématique encore que chez l’adulte, avec un risque important de dépôts d’aluminium dans le cerveau.

L’ombre menaçante de la sclérose en plaques

Comme si cela ne suffisait pas, le vaccin contre 6 maladies (dit « hexavalent ») contient le redoutable vaccin contre l’hépatite B, dont on n’a jamais vraiment su s’il pouvait déclencher ou non la sclérose en plaques.

Rappelons que l’hépatite B est une maladie que vous n’attrapez pas comme la grippe ou les oreillons. Il n’est raisonnable d’envisager la vaccination que pour les personnes ayant des comportements à risque ou travaillant en étroite relation avec ce type de public (infirmières, éventuellement travailleurs sociaux). Un petit bébé élevé dans des conditions normales n’a aucune raison d’attraper l’hépatite B, et donc de courir les risques liés à la vaccination.

Les parents mis dans une situation intenable par les autorités

Ce dossier accablant oblige les parents à choisir entre fermer les yeux et se boucher les oreilles (une option choisie par l’écrasante majorité), ou s’informer et, dans la mesure du possible, agir avec les moyens légaux qui leur restent. Et malheureusement, dans ce domaine, l’horizon semble plutôt bouché. Le Conseil constitutionnel, dans une décision du 20 mars 2015, a donné tort à deux parents, les époux Larère, qui justement avaient signalé la situation absurde dans laquelle ils se trouvaient vis-à-vis de leur obligation vaccinale DTP et avaient renoncé à faire vacciner leurs deux enfants.

Cette décision, qui paraît contraire à la Loi Kouchner du 4 mars 2002 sur la liberté de choix thérapeutique, semble d’autant plus anachronique que le vaccin DTP n’est plus obligatoire dans aucun pays d’Europe en dehors de la France [1] ! Au lieu de faire pression sur les laboratoires pour qu’ils fournissent un vaccin sans adjuvants dangereux et sans souches de maladies superflues, les autorités choisissent donc de sanctionner les parents, tout en les obligeant à faire courir des risques inutiles à leurs enfants.

À qui profite le crime ?

À ce stade, il est peut-être intéressant de préciser que le vaccin DTP Mérieux (sans aluminium), aujourd’hui retiré du marché, coûtait 6,54 EUR contre 40 EUR pour le vaccin hexavalent avec aluminium INFANRIX Hexa de GlaxoSmithKline ! Le Revavix (avec aluminium) coûte, lui, 50 % plus cher que l’ancien vaccin sans alu, et cela sans aucun avantage thérapeutique. Ce prix ne serait pas un problème en soi s’il n’y avait pas, par derrière, des pratiques assimilables à de la « vente forcée », selon la députée européenne Michèle Rivasi.

« Nous sommes ni plus ni moins dans un schéma de vente forcée et de désinformation du consommateur, avec la complicité du HSCP. Et quand on sait que le Pr Daniel Floret, président du Comité technique des vaccinations (CTV), n’est pas exempt de conflits d’intérêts avec les fabricants de vaccins, on est en droit de se poser des questions. À qui profite le crime ? Aux laboratoires pharmaceutiques bien évidemment », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse le 24 mars 2015.

Sortir de la crise

De leur côté, les laboratoires réfutent la thèse d’une pénurie organisée. Ils expliquent faire face à une demande exceptionnelle de vaccins due à l’épidémie de coqueluche aux Etats-Unis, en Angleterre et en Australie. Ils insistent aussi sur les délais importants de production de vaccins (18 mois) et plus encore de la construction d’une usine à vaccins (10 ans).

Ces arguments tiennent-ils la route ? Ils parlent de la coqueluche. Mais l’épidémie de coqueluche touche avant tout des adultes, et c’est alors une maladie bénigne. La coqueluche n’est problématique que pour les nourrissons de moins de 3 mois. La vaccination n’intervenant qu’à l’âge de 2 mois, et souvent plus tard encore, elle est dans les faits inutiles. Le vaccin DTP était produit à l’échelle industrielle depuis 60 ans. Le taux de natalité n’a connu récemment aucun bouleversement imprévisible. Est-il possible que des industriels aussi expérimentés aient été pris de court dans une situation de stabilité absolue de la demande ?

D’autre part, les capacités de production de vaccins en France sont mobilisées pour fabriquer en masse le vaccin BCG, vaccin contre la tuberculose, une maladie pour laquelle existe un traitement approprié depuis 75 ans ! En Belgique et aux Pays-Bas, qui n’ont jamais pratiqué cette vaccination, le pourcentage de tuberculose dans la population est le plus bas d’Europe. La France est le dernier pays d’Europe occidentale à encore pratiquer le BCG à large échelle, bien qu’inutile et inefficace.

Enfin, ce qui pose évidemment le plus grand problème, ce ne sont pas les pratiques commerciales douteuses ni la (tout aussi douteuse) désorganisation des entreprises pharmaceutiques, mais l’obligation légale prononcée par les autorités, et les sanctions qui vont avec, de vacciner les enfants avec un produit qui n’existe pas sur le marché, sous une forme correspondant à cette obligation.

Jean-Marc Dupuis

[1] L’obligation vaccinale n’existe plus qu’au Portugal pour la diphtérie et la polio, et en Belgique pour la polio seulement. Ailleurs en Europe, l’Allemagne, l’Angleterre, les Pays-Bas, la Suisse, l’Espagne, en autres, ont tous levé l’obligation vaccinale.

Photo : DR [cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1114 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 71, 72, 73, 74, 75  Suivant

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot], Majestic-12 [Bot] et 9 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher pour:
Aller à:  
cron
POWERED_BY
Traduit par phpBB-fr.com