LibertyVox • Voir le sujet - Guillaume Faye
 
 
Retour à l'accueil
Index du forum

LibertyVox

La voix est libre !
Nous sommes le 22 Aoû 2019, 17:15

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 39 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Guillaume Faye
MessagePublié: 14 Mai 2010, 08:45 
Du Crime
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 21 Aoû 2006, 18:43
Messages: 8691
Localisation: dans la jungle
Apres 47 visionnages, évidement aucune réaction à ce type de post. Je ne connais rien de plus difficile que de demander à des gens d'écouter des propos sans leurs propres filtres de pré-jugés. Rien de plus confortable, en effet, que des zidées ou des opinions politiques ou religieuses ; c'est le confort à tous les étages, la moquette au plafond du cerveau. Peu de gens sont prêts à "échanger" vraiment. Ou alors, les idées qu'ils ont en double.

J'ai écouté Faye attentivement. Par le passé, il a tout dit et le contraire de tout, mais là... ses propos me paraissent pour le moins pertinents. Moi aussi, quand j'entends le mot Amérique, je range mes majuscules et colle une baffe à mes rêves d'enfant, sans pour autant jeter le bébé avec l'eau du bain.

Un exemple... employer le mot race, sans parler de racisme, voilà un propos pertinent qui va faire hurler les partisans de la "diversité" qui en fait ne le sont absolument pas puisqu'ils sont le plus souvent partisans du métissage universel. Ces mêmes agités du bocal qui sont prêts à faire arrêter la construction d'une bretelle d'autoroute parce qu'un scarabée doré "qu'il-faut-à-tout-prix-protéger" pond au milieu du futur tracé d'autoroute ; pâment d'indignation si au on leur demande de préserver AUSSI et sans plus : la race blanche, ne serait-ce que pour la dite diversité des espèces. Qu'on me comprenne bien, je ne parle pas là de hiérarchie des races, c'est à dire de racisme, mais de "diversité" écologique des races.

Faye dit beaucoup d'autres choses pertinentes, d'ailleurs...

_________________
L'homme pense et Dieu rit
Cioran


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Guillaume Faye
MessagePublié: 14 Mai 2010, 12:14 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
J'avais déjà entendu cette conférence et je réécoute en ce moment même. J'ai beaucoup évolué sur ce personnage contre qui j'avais un stupide apriori (comme tous les aprioris)... Je suis globalement d'accord sur pas mal de ses positions. C'est une pensée cohérente. Disons que nos points de désaccord ne sont pas rédhibitoires... Je n'ai pas le temps de creuser aujourd'hui, mais j'y reviendrai sur ce fil à l'occasion. En tout cas c'est une bonne idée d'avoir fait ce fil car les documents le concernant sont éparpillés sur le forum :wink:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Guillaume Faye
MessagePublié: 18 Mai 2010, 23:48 
Du Crime
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 21 Aoû 2006, 18:43
Messages: 8691
Localisation: dans la jungle
Non, Uncle... ton ou tes aprioris n'étaient peut être pas si stupides ; car ce mec a à peu près dit tout et le contraire de tout. Il semble là, faire une assez bonne synthèse de la situation, et sa réflexion semble avoir mûri dans le bon sens...

_________________
L'homme pense et Dieu rit
Cioran


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Guillaume Faye
MessagePublié: 19 Mai 2010, 20:49 
BBCodeur Islamentable
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 18 Jan 2008, 21:34
Messages: 1205
J'avais lu son excellent livre, "la colonisation de l'Europe", en téléchargement ICI :hardeux: :hardeux:

Une excellente interview de l'ami Faye :ok:

Partie 1/2

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=PRVkVPiroRY


Partie 2/2

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=00YVbAG1pAs

_________________
"Se contenter de croire nous évite la pénible nécessité de penser" Issac Assimov.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Guillaume Faye
MessagePublié: 28 Jan 2013, 19:49 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
Encore une émission intéressante avec Faye. :idea:

http://www.meridien-zero.com/archive/2011/12/17/emission-n-75-sexe-devoiement.html

Guillaume Faye. "Sexe et Dévoiement". Méridien Zéro. 18 décembre 2011



Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Guillaume Faye
MessagePublié: 29 Jan 2013, 09:00 
Du Crime
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 21 Aoû 2006, 18:43
Messages: 8691
Localisation: dans la jungle
Sidh a écrit:
Je ne m’énerve pas, je t'ai simplement fait remarquer à plusieurs reprises que tu ferais parfois mieux de ne rien écrire plutôt que de la ramener dès qu'un message posté sur le forum ne te convient pas.

Nan, Sidh... pas "dès qu'un message posté sur le forum ne te convient pas", mais dès qu'un message ne correspond plus à aucune réalité ou aux nécessités qu'imposeraient le contenu dudit message. Le je n'ai rien à voir dans le jeu. Au contraire, puisque je ne souhaite pas jouer. Diogène a eu beau se retirer dans son tonneau, rien ne l'empêchait de commenter ce qu'il voyait et, entre autre, l'état des lieux...
Sidh a écrit:
tyler a écrit:
j'essaye de décrire et de coller à la réalité des choses... Faut bien que quelqu'un s'y mette, non ?
Oui tu essaies, mais tu transformes rarement, et ces macchabées sont bien plus vivants que toi, et eux agissent

Nan, ils "n'agissent" pas. Agir : effectuer une action, se comporter, provoquer un résultat. Leur pensée, c'est la lumière d'étoiles mortes qui ne correspond plus à aucune réalité mais qui parvient néanmoins jusqu'à nous pour nous distraire lors des animations de la société du spectacle du grand Magic Circus du Savoir où la plupart de ces gens-là jonglent avec adresse devant des foules d'ignares ébahis.

En fait, ils n'ensemencent plus rien, parce que nous passons toutes nos commandes sur le grand catalogue des lendemains qui déchantent. De TOUS les lendemains qui déchantent. A force de se triturer la jugeote, tous les champs de l'avenir et de notre civilisation sont revenus à l'état de friches, voilà pourquoi je rapatrie ma réponse sur le fil de Faye qui me parait plus judicieux dans la démarche de ses constats "primaires".

Evidemment, aucun organisateur de spectacles n'aime voir un emmerdeur venir foutre la zone dans sa kermesse, c'est pour cela que tu dis "mes remarques sont non seulement fausses mais en plus inutilement insultantes et on a beau te le faire remarquer tu t'en cognes". Ca, c'est comme avec le froid, ça n'est pas tout à fait la réalité, c'est ton ressenti, comme disent les météorologues... C'est la bouffonnerie réchauffée du spectacle spéculatif philosophique que je provoque et insulte, pas toi !

Moi, je suis plutôt un pragmatique de rassemblement (fût-ce sur mon dos)... Tiens, un seul exemple. Qu'on ne compte pas sur moi pour alimenter des débats d'enculeurs de mouches du genre Dieu existe, ou Dieu n'existe pas... Tu as vu ma méthode : Dieu existe, même si c'est l'homme qui l'a créé. Donc, il existe, point barre et on passe à autre chose. D'autant que, comme toujours, l'essentiel est évidemment dans cet autre chose : s'il existe, on en fait quoi ?

Je crois donc qu'il faut vraiment refaire un état des lieux, avant de continuer à délirer à pleine bourre sur des schémas philosophiques qui n'existent plus. Encore un seul et petit exemple... écoute la simplicité de ce que dit Faye sur l'immonde pornographie. Le sida mental est tel sur ce sujet, que jamais plus tu ne pourras reparler de famille ou de cellule de base de notre civilisation. C'est plus qu'un fait, c'est une réalité... pas une idée. Après... si on veut s'amuser à cogiter sur les causes, on peut effectivement se demander pourquoi est-ce que 50% de cette production d'ordures nous vient de Californie, la Mecque du cinéma, du spectacle, et des producteurs... Pourquoi ces succursales du néant ?

Il faudrait voir à ne pas oublier qu'on en est très exactement là, côté réalité du dossier, et que sous ces pancartes, défilaient des élus de droite et de gauche :

Image

Image

NB : petit détail sans importance, j'imagine... Lors de la manif anti-mariage pédé, les "commentateurs" s'étaient empressés de parler de "bavure" et de "débordement" à propos d'un jeune homo anti-mariage et collectionneur de points Godwin qui avait évoqué Hitler à propos de Hollande. Là, motus... aucun "débordement" sur ces pancartes. Moi, il me semble qu'il y a vaguement outrage au chef de l'état, mais enfin... je ne voudrais pas paraitre insultant vis-à-vis de ce tas de tapettes cocaïnées que sont nos journalistes pour la plupart.

_________________
L'homme pense et Dieu rit
Cioran


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Guillaume Faye
MessagePublié: 01 Aoû 2014, 16:16 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
Tyler disait que Faye avait évolué. Je viens de lire quelques articles sur son site, et c'est évident. Je dirai aussi comme toi Tyler "dans le bon sens". Voici un article sur les émeutes pro-palestiniennes par exemple. Je ne sais pas s'il est ou pas "représentatif" de courants qui traversent la droite nationale, mais son analyse est pragmatique et lucide. Je vous recommande également son article sur l'inévitable troisième guerre mondiale : http://www.gfaye.com/la-troisieme-guerre-mondiale-predictions/ et quelques autres.

http://www.gfaye.com/pogroms-antijuifs-sideration-et-hypocrisie-de-la-republique/

Emeutes antijuives : sidération et hypocrisie de la République
29 juillet 2014 par Guillaume Faye

Image

Après les émeutes de guérilla urbaine de Barbès et de Sarcelles, au cours desquelles, aux scènes de pré-guerre civile, d’incendies, de pillages, de vandalisme, se sont ajoutées, pour la première fois au grand jour et de manière intense, des violences nommément antisémites, le pouvoir, avec une sidérante hypocrisie, fait semblant de découvrir une situation nouvelle. En réalité, cela fait longtemps que le feu couve, que tout le monde sait et se tait : la ”communauté” arabo-musulmane, entrainant à sa suite d’autres populations immigrées, notamment africaines et turques, développe un antisémitisme ouvert qui passe de plus en plus des paroles aux actes. Ce mouvement est, en outre, suivi par une extrême gauche (qui mord sur le PS et les syndicats) dont l’ ”antisionisme” est souvent un faux nez et qui renoue, hypocritement et de manière refoulée, avec l’antijudaïsme de gauche des XIXe et débuts du XXe siècle.

Analysons la situation : 1) Les habits neufs de l’antijudaïsme. 2) Antijudaïsme islamique structurel. 3) Une République dépassée par les événements. 4) Les résidus de l’antijudaïsme de droite. 5) Extrême-gauche et antisémitisme. 6) L’avenir est sombre mais ouvert.

Les habits neufs de l’antijudaïsme

Fait marquant : pour la première fois, depuis la dernière guerre, en France, le ”pays des Droits de l’homme”, on a assisté à ce qu’il faut appeler des pogroms, ou des débuts de pogroms. Des commerces juifs ont été dévastés et incendiés par des jeunes arabo-musulmans, ces chéris intouchables, protégés, excusés, par une partie de la classe politique et de l’intelligentsia. Sans les forces de l’ordre, des synagogues auraient été incendiées. Plus tard, dans un quartier de Paris où existe une forte communauté juive, des ”bandes ethniques” ont écumé les rues en se livrant à des menaces et des agressions, et ce en dehors de toute manifestation.

En Allemagne aussi, bien que beaucoup moins intensément qu’en France, des slogans directement antijuifs ont été remarqués lors des manifestations contre l’intervention israélienne à Gaza. Les auteurs en étaient, à côté de l’extrême-gauche pro palestinienne et de quelques néonazis folkloriques, des immigrés turcs. Pas étonnant depuis que le régime semi dictatorial d’Erdogan se rapproche en douceur de l’islamisme.

Élément notable : les débuts de pogroms et les scènes de guérilla urbaine précités n’ont donné lieu qu’à très peu d’interpellations et encore moins de condamnations lourdes. Pis encore : les manifestations, interdites, n’ont pas été dispersées dès leur début. Ce qui ruine toute l’autorité de l’État français. On a l’impression qu’à chaque émeute urbaine, sous n’importe quel prétexte, provoquée par la jeune population d’origine immigrée à majorité musulmane, la réponse policière et judiciaire est d’une (in)explicable faiblesse. En réalité, la ”République”, surtout depuis qu’elle est aux mains de l’État socialiste, tremble de peur devant les populations islamisées.

Comme je l’ai démontré dans mon essai La nouvelle Question juive (Éditions du Lore), l’antijudaisme (appelé aussi antisémitisme) repart de plus belle mais sur de nouvelles bases, à la fois arabo-musulmane et d’extrême gauche, sous le paravent de l’antisionisme. S’y agrège une frange minoritaire de ”l’extrême droite”, celle qui a suivi Dieudonné, ce dernier ayant obtenu du fait de ses spectacles antisémites une importante notoriété et une sympathie populaire, en dépit de son manque de talent.

Les manifestations contre l’action militaire israéliennes sont un prétexte. Le but est les Juifs en tant que tels. Pourquoi ne pas se mobiliser, par exemple, contre les persécutions des chrétiens d’Orient ou d’Afrique, du fait du fanatisme musulman ? Ou contre la répression subie par les musulmans ouigours du fait du pouvoir de Pékin ? Si l’on manifestait simplement contre les opérations militaires israéliennes ou même contre le sionisme (c’est-à-dire contre la légitimité même de l’État d’Israël), on ne voit pas pourquoi s’en prendre aux Juifs français qui n’y sont rigoureusement pour rien. Quant, jadis, on manifestait contre la guerre du Vietnam, est-ce qu’on s’en prenait aux citoyens américains présents en France ? Quand on manifeste contre Poutine et pour le pouvoir ukrainien, est-ce qu’on attaque les restaurants russes et les églises orthodoxes ?

Antijudaïsme islamique structurel

Le conflit israélo-palestinien actuellement en phase aigüe dans la bande de Gaza contre le mouvement terroriste et djihadiste Hamas n’est qu’un prétexte. Il ne s’agit pas, contrairement à ce prétend le gouvernement, d’une ”importation” en France de ce conflit. Comme je l’ai souvent écrit et démontré, l’immigration arabo-musulmane massive et incontrôlée donne lieu à un retour généralisé de l’antijudaïsme, fondamentalement ancré dans ces populations. Tout simplement parce que l’islam (il suffit de lire le Qoran) est structurellement antijuif, plus encore qu’antichrétien. Le conflit israélo-palestinien est un accélérateur des futurs pogroms inévitables à venir, et non point leur cause. Il est idiot, par ailleurs, d’incriminer l’ ”islamisme” alors qu’il s’agit tout simplement de l’islam. On se bouche les yeux et les oreilles, on ignore l’histoire.

Comme je l’écrivais dans un précédent article sur la guerre civile ethnique, à cette haine antijuive se mêle une haine antifrançaise. On observe une assimilation entre Juifs, Français de souche et Occidentaux dans la représentation mentale ultra simpliste de cette population. Alain Finkielkraut explique, à ce propos : « je crois qu’au nom de la lutte contre l’islamophobie, on sous estime systématiquement la haine dont les Juifs et la France font l’objet dans toujours plus de territoires de la République. Il faut des manifestations comme celles de Barbès et de Sarcelles pour qu’on en mesure, temporairement, la réalité et l’ampleur ». (Le Figaro, 26 juillet 2014)

N’importe quel observateur de terrain voit très bien que l’antijudaïsme est une sorte de vulgate répandue chez une grande partie des populations issues de l’immigration. L’idéologie dominante et ses intellectuels nient ce fait tonitruant, qui bouleverse leurs schémas de pensée.

Mais le plus extraordinaire est la pusillanimité de nos dirigeants qui, depuis des décennies, sont immigrationnistes, ”antiracistes”, grands organisateurs de l’”intégration”, du ”vivre ensemble”, du ”multiculturalisme” et qui ne tirent aucune conséquence de l’échec complet de leur politique. Il ne leur vient pas une seule seconde à l’idée que les débuts de pogrom auxquelles on a assisté sont la conséquence directe de l’immigration. De même il faut souligner l’irresponsabilité et l’aveuglement d’une partie de l’intelligentsia juive (en particulier celle liée à la gauche) qui n’a cessé de militer, au nom d’une éthique factice, pour cette même immigration débridée et qui déplore ce qui se passe aujourd’hui. Qui sème le vent récolte la tempête.

On se rassure, chez les intellectuels juifs et ailleurs, en se disant que l’islam ”véritable” n’a rien à voir avec l’islamisme antijuif (et anti-tout ce qui n’est pas lui). On parle d’islam laïc et tolérant, on se réfère à l’écrivain algérien Boualem Sansal qui dénonce le fanatisme. Malheureusement, cet islam d’intellectuels occidentalisés est minoritaire et déconnecté du mouvement de l’histoire. C’est une utopie. Seuls les faits ont raison et ils pulvérisent, en général, les raisonnements savants.

Fait sociologique incontournable, les théories révisionnistes (ou négationnistes) sont largement partagées, et depuis longtemps, par une majorité des musulmans, y compris évidemment chez ceux résidant en France. Il n’est que de consulter certains sites internet. Là encore, on fait semblant de l’ignorer, on se bouche les yeux. Les propos révisionnistes sont condamnés s’ils émanent d’Européens, surtout classés à l’ ”extrême droite ”, mais sont ignorés dès qu’ils émanent des Arabo-musulmans. Ces derniers bénéficient d’une sorte de privilège d’irresponsabilité.

En réalité, il ne s’agit pas, comme on l’a dit, de l’extension en France du conflit entre Israéliens et Palestiniens (ce n’a été qu’une amorce) mais de l’hostilité antijuive séculaire de l’islam, parfaitement claire dans le Qoran. Même aux temps du grand rayonnement de l’islam au XIIIe siècle, dont on nous rebat les oreilles en prétendant (faussement) qu’il était humaniste et tolérant, les juifs comme les chrétiens étaient des ”soumis”, juridiquement infériorisés et maltraités. Pourquoi, après les indépendances des pays du Maghreb, les juifs ont-ils été obligés de déménager ? Aujourd’hui, les choses s’aggravent depuis que les populations immigrées musulmanes en France sont travaillées au corps par l’islamisme, qui est la version pure et intégrale de l’islam, l’original, pas la photocopie.

Une République dépassée par les événements

Une ”République” qui avait fondé une grande partie de sa posture morale sur l’antinazisme et la lutte contre l’antisémitisme, se retrouve prise au piège. Ce n’est pas la peine d’aller faire des salamaleks aux dîners du Crif, des commémorations pour le Vel d’Hiv et la Shoah, de financer sur les chaines TV publiques des films et des séries récurrentes pour dénoncer l’antisémitisme sous l’Occupation, et, en même temps, de tolérer, de minimiser, de ne réprimer qu’avec mollesse le retour des pogroms. Ces derniers, étant le fait des ”protégés”, les intouchables ”jeunes des banlieues (dé)favorisées”, ne sont pas véritablement pris au sérieux. On pense que ça va se calmer, que ce n’est qu’un mauvais moment à passer. Erreur, ça va s’aggraver.

En réalité, la ”République” réprime beaucoup moins l’antisémitisme que ce que son jargon appelle l’ ”islamophobie”, le péché suprême. L’amour des Juifs est entré dans l’ordre du symbolisme. C’est-à-dire de l’inopérant. Les Juifs français ne s’y trompent pas : de plus en plus nombreux sont ceux qui émigrent en Israël ou même ceux qui fuient les banlieues, en région parisienne notamment, pour s’installer dans des quartier centraux encore majoritairement peuplés de Français de souche sans hostilité pour eux.

Pierre-André Taguieff avait tout compris : la judéophobie a globalement déserté l’ ”extrême droite” et les identitaires français pour se recentrer sur la gauche et les jeunes immigrés musulmans qu’elle idolâtre. Pour lui, la gauche, alliée à l’immigration musulmane mais officiellement opposée à l’antijudaïsme est dans une situation impossible, ingérable. Comme par hasard, Taguieff, jadis respecté, est aujourd’hui ostracisé. Il a osé dire la vérité.

À cause de la Shoah, l’antijudaïsme était tabou. Mais les choses ont changé. Il faut respecter l’islam ! Il est antijuif ? Bouchons-nous les yeux. Ou plutôt, il faut psalmodier, selon la méthode Coué : ” l’islam est laïc, humaniste et, comme l’immigration, une chance pour la France !” La contradiction idéologique et morale fondamentale de l’État français est qu’il prétend à la fois se réclamer de la légitimité anti-nazie de la Résistance, de l’indignation contre la Shoah, qu’il ne cesse de flatter la communauté juive, tout en protégeant par ailleurs les immigrée arabo-musulmans. En sachant très bien, sans jamais l’avouer, que la judéophobie est largement répandue chez ces derniers, quelles que soient les dénégations rusées d’intellectuels islamiques. Cette position est intenable à terme.

Les massacres de juifs à Toulouse et à Bruxelles par deux immigrés musulmans arabes ont fait, finalement peu de vagues. Sans parler de l’assassinat après tortures de Illian Halimi. Pas d’indignation collective, pas de grandes manifs, pas non plus de condamnations ou d’indignations fortes de la part des autorités musulmanes. Pourtant, les faits sont énormes. Imaginons que les tueurs eussent été des Français de souche, chrétiens, adhérents du FN. Rappelons-nous des manifestations monstres pour la profanation de Carpentras et l’attentat de la rue Copernic. Les temps ont bien changé. Les crimes atroces des tueurs précités ont fait moins de vagues que quelques déclarations jugées antisémites de Jean-Marie Le Pen.

Où sont les condamnations indignées par les autorités musulmanes des débuts de pogrom auxquels on a assisté en région parisienne ? On n’a assisté qu’à quelques petites phrases du bout des lèvres et à un silence prudent. De son côté, la fraction Terra Nova du parti socialiste veille au grain : l’électorat arabo-musulman est sacralisé. L’islamophobie est, en réalité, devenu un péché beaucoup grave que la judéophobie. Il est faux de dire que la ”République” est impartiale. Elle est partiale et peureuse. Elle cède à la loi du plus fort.

J’ai une pensée attendrie pour ces juifs ou chrétiens, ou laïcs de gauche qui croient à un ”islam modéré ” et à une cohabitation multiculturelle. Pauvres naïfs… Christianisme athée, communisme libéral, nazisme humaniste, islam laïc, multiculturalisme paisible, hétérogénéité homogène : tous ces oxymores se ressemblent. L’idée d’une gestion paisible de l’immigration arabo-musulmane en France est illusoire. C’est un délire d’intellectuels et de politiciens déconnectés de la réalité. Une partie de l’intelligentsia juive, ainsi d’ailleurs que toute la hiérarchie catholique, a fantasmé sur cette utopie. L’absence de bon sens des intellectuels est, surtout en France, un facteur de déni de la réalité. Même quand cette dernière les rattrape, ils ne voient toujours rien.

Les résidus de l’antijudaïsme de droite

L ‘antijudaïsme de l’ ’”extrême droite” et des milieux identitaires sont résiduels. Il en reste cependant des représentants, portés à la fois sur une nostalgie de l’hitlérisme, sur une fascination pour l’islam et sur une perception maladive du Juif comme un être à la fois diabolique, supérieur et omnipotent. Les liens avec l’antisémitisme islamique sont faciles à établir. L’antisme chrétien, jadis très vivace, a complètement disparu, asséché, , même dans les milieux traditionnalistes.

Dans l’imaginaire et la complexion mentale assez simpliste, binaire et manichéenne d’une frange minoritaire de l’intelligentsia d’ ”extrême droite”, la fascination pour l’antijudaïsme nazi joue un rôle central. N’y avait-il pas une division SS musulmane bosniaque ? Hitler n’aimait-il pas l’islam ? Mein Kampf et les Protocoles des Sages de Sion ne sont-ils pas appréciés dans le monde arabo-musulman ? Ces fantasmes provoquent une distorsion idéologique : peu importent, finalement, l’identité ethnique de la France, la colonisation de peuplement, si les envahisseurs sont antijuifs. L’antisémitisme devient l’axe obsessionnel, même au prix de l’islamisation et de l’immigration incontrôlée. Le Juif, de manière passionnelle et irrationnelle, est imposé comme ennemi principal, unique. Et, par dérive, on en vient à militer pour l’islamisme. On perd la raison.

Une frange de ”l’extrême droite”, minoritaire et qui n’a rien à voir sociologiquement avec le FN actuel, suit un tropisme intéressant pour les psychiatres et les politologues. Au départ anti-immigrationnistes mais aussi fondamentalement antijuifs, ils se sont aperçus que les immigrés musulmans étaient aussi antijuifs. Donc, ils ont retourné leurs vestes et sont devenus islamophiles et pro-immigration arabo-musulmane. Cas typique de cette position collaborationniste : Alain Soral, par ailleurs issu de l’extrême gauche, et dont l’audience touche à la fois les Beurs et une partie minoritaire de ”l’extrême droite”. Bien entendu, il développe la thèse de l’ ”américano-sionisme” qui, par sa grossièreté, plait beaucoup aux analystes américains, ravis d’avoir des ennemis idiots. Eux qui pactisent par ailleurs avec les monarchies sunnites. En dessous de Soral, il y a son ami Dieudonné (stupidement médiatisé par des indignés nuls en communication), qui a fait de l’antisémitisme bas de gamme son fonds de commerce. Au dessus de Soral, on trouve de petits cénacles intellectuels jargonneux financés avec un lance-pierres par l’ambassade d’Iran. La fascination pour les régimes totalitaires est indécrottable.

Dieudonné ou Alain Soral entrent dans une logique de collaboration intéressée avec un islam et une immigration arabo-musulmane qu’ils estiment victorieuse à terme. Leur antijudaïsme n’est motivé que par l’esprit de soumission : plaire à l’envahisseur, lâcheté de futurs dhimmis (soumis). Cette mentalité collaborationniste, dont la lâcheté est le ressort principal, qui n’a rien d’idéologique, se retrouve aussi à gauche.

Extrême gauche et antisémitisme

C’est le NPA (Nouveau parti anticapitaliste) qui est à l’origine des manifestations anti-israéliennes qui ont dégénéré en antisémitisme. Il est amusant de constater que ces gauchistes trotskistes étaient jadis pilotés par des dirigeants intellectuels juifs. Cette période est bien terminée. Ce qui prouve l’aveuglement de ces derniers. Entre l’antisionisme et l’antisémitisme, l’interface est mince, poreuse. C’est un problème psychanalytique. Dans l’imaginaire de l’extrême-gauche, le Juif reste le symbole de l’exploiteur. Cela rejoint les opinions islamistes selon lesquelles le Juif dirige les médias et l’économie mondiale. Que cela ne corresponde à aucune réalité économique observée n’a que peu d’importance pour des idéologies qui se moquent des faits et relèvent de la pensée magique.

Les organisateurs des manifestations pro-palestiniennes, à la fois partis et syndicats de gauche et d’extrême gauche, qui ont dégénéré en exactions antijuives, ne se sont pas illustrés par la vigueur de leurs protestations et condamnations. Une grande partie de la gauche et de l’extrême gauche bobo, sous couvert d’antisionisme et d’opposition à Israël, redevient antijuive,.renouant avec la tradition de la gauche antisémite des XIXe et début du XXe siècle, avec une hypocrisie en béton armé.

Depuis très longtemps, l’extrême gauche a fait de la ”cause palestinienne” un de ses chevaux de bataille. En 1968, il y avait déjà des drapeaux palestiniens dans les cortèges et l’on soutenait autant El Fatah que le terroriste Che Guevara. Mais à l’époque le passage entre antisionisme et antijudaïsme n’était pas concrétisé. Cependant, n’oublions pas le lien assez fort dans l’imaginaire de gauche entre anticapitalisme et antisémitisme. L’antisionisme et l’antijudaisme entretiennent les mêmes relations poreuses que le socialisme et le communisme.

L’avenir est sombre, mais ouvert.

Au moment même où l’antijudaisme français traditionnel était en train de dépérir, le relai a été pris par l’antijudaïsme arabo-musulman relayé par l’antisionisme d’extrême gauche. Si j’étais juif, je m’inquiéterais. Dans le passé récent (1939-1945) le personnel ”républicain” a tourné casaque, s’est vendu au plus fort (collaboration) : la gauche et l’extrême gauche, socialistes et communistes, ont été l’armature du régime de Vichy et des partis collaborationnistes. La même situation risque de se reproduire demain sous d’autres formes et avec d’autres prétextes. Surtout avec l’augmentation constante dans l’administration de recrues venant d’une certaine population…

Beaucoup d’intellectuels juifs ont joué avec le feu, notamment autour de la Licra, en favorisant l’immigration arabo-musulmane et la société multiraciale. Ils se prennent aujourd’hui le boomerang en pleine figure. Ils se sont, bêtement, trompés d’ennemis. Ils croyaient que le danger venait de l ’”extrême droite”. Eh bien non, il vient de leurs protégés…

Bien entendu, l’antisémitisme (comme l’antisionisme) sont des ovnis pour les classes populaires et moyennes de souche, y compris et surtout celles qui votent pour le FN. Les juifs français ne sont pas ceux qui perturbent leur tranquillité. Au contraire, ils sont bien contents d’être soignés par un bon médecin juif. Ce qui perturbe leur tranquillité, leur sécurité, ce qui leur pourrit la vie ne provient évidemment pas des juifs. Ils savent très bien de quelle population proviennent leurs problèmes.

Actuellement, la communauté juive internationale considère la France comme un pays dangereux. De même, les chrétiens d’Orient qui fuient le fanatisme islamique ne se sentent plus en sécurité dans un pays qui se laisse coloniser par leurs propres persécuteurs. Il y a actuellement un peu plus de 600.000 juifs en France. Il se peut que dans dix ans une bonne moitié auront fui. Ça va réjouir les antisémites. Provisoirement. La stupidité des antijuifs d’ ”extrême droite” ou bien gauchiste est qu’ils s’imaginent que les nouvelles populations islamisées vont les épargner. Qu’ils le veuillent ou non, ils seront considérés comme ennemis, eux aussi.

Bien entendu, sous tous les prétextes, et pas seulement à cause des affaires palestiniennes ou israéliennes, les scènes d’émeutes et de criminalité endémique vont se multiplier. Venant toujours de la même population. D’autant plus que la riposte policière et que la réponse judiciaire (voir les lois Taubira) sont neutralisées. Oui, bien sûr, demain, très bientôt, nous allons assister à des pogroms antijuifs non maîtrisables. Nous allons aussi subir des attentats, qui vont viser en priorité les Juifs, mais pas seulement eux, surtout avec le retour en Europe des ”djihadistes” militairement formés par leurs séjours en Syrie et en Irak. L’État ”républicain” sera débordé, surtout avec un personnel politique de gauche ou de droite, que l’on pourrait dire émasculé. Les choses ne peuvent que s’aggraver, nous sommes en train d’entrer dans une spirale incontrôlable. Il y a deux hypothèses : la ”mort tiède” ou l’explosion salvatrice qui provoquerait une réaction, un réveil. L’histoire décidera, c’est-à-dire votre propre volonté. Rien n’est écrit.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Guillaume Faye
MessagePublié: 26 Aoû 2014, 13:38 
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 08 Mai 2005, 19:11
Messages: 1700
Localisation: Nunavut
:ok: :ok:

http://www.polemia.com/vive-poutine-la-bete-noire-des-bien-pensants/

Vive Poutine, la bête noire des bien pensants
17 février 2014 | Polémia Guillaume Faye

« L’ex-KGB Poutine, rebaptisé homme de droite voire d’extrême droite, perturbe le logiciel plein de bugs de l’intelligentsia gauchiste au pouvoir. »

Les critiques contre le régime de Vladimir Poutine sont connues : sous son règne, la Russie ne serait pas démocratique et deviendrait menaçante. Poutine serait une sorte de Néron, un nouvel Ivan le Terrible. Il pratiquerait le culte de la personnalité, il tiendrait l’immense pays grâce à ses réseaux, à la fois financiers, industriels et policiers (la théorie de la « verticale du pouvoir » et le réseau des siloviki), il serait corrompu et son pouvoir fort opprimerait les braves opposants démocrates, jetés en prison par une justice aux ordres ; la démocratie russe serait truquée, comme les élections, les homosexuels persécutés, les médias muselés et aux ordres, l’Ukraine en proie à un horrible chantage impérialiste et le tyran de Damas cajolé ; les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi seraient un hymne indécent à la gloire du héros des Putin’s Girls. Etc. Etc. N’en jetez plus !

Bref, Poutine est devenu le diable pour tous les milieux dirigeants et médiatiques occidentaux et le syndrome anti-poutinien est partagé par la classe journalistique et tous les perroquets de l’idéologie dominante. Pour qui est, comme je le suis, coutumier de faire des conférences en Russie et d’y publier des écrits, ces accusations ont un côté surréaliste. J’ai beaucoup plus de liberté d’expression en Russie qu’en Europe occidentale et notamment en France. La censure, sournoise ou brutale, du « politiquement correct » n’y existe pas. Et le « Poutinement incorrect » peut s’y exprimer.

Les bien pensants, descendants et héritiers du gauchisme et moralisateurs

Les bien pensants, héritiers à 80% d’une idéologie de gauche, devraient regarder la poutre qui est dans leurs yeux plutôt que la paille qui est dans ceux du voisin. Ces descendants du gauchisme, aujourd’hui au pouvoir au sein de l’Etat PS allié aux Verts et, souvent, au PC, sont les descendants d’une famille politique qui a soutenu les pires dictatures totalitaires criminelles, du communisme soviétique au régime maoïste, en passant par les Khmers rouges et l’Albanie communiste. Et aujourd’hui ils vouent aux gémonies le régime « antidémocratique » de la Russie de Poutine. Ce sont de piètres donneurs de leçons.

La France sous l’Etat PS est-elle « démocratique », alors que le parti pseudo-écologiste EELV (faux nez du gauchisme trotskiste), qui représente 2,31% des voix, impose, en lobby minoritaire, des lois sociétales et des mesures énergétiques absurdes et rejetées par la majorité de l’opinion ? La France de l’Etat PS est-elle démocratique quant elle instaure une politique judiciaire laxiste, source d’explosion de la criminalité, quand elle ouvre toutes les vannes à l’immigration incontrôlée, quand elle naturalise et régularise à tout va, quand elle élabore des batteries de dispositions destructrices de l’identité nationale, quand elle entérine le règne de corporations syndicales minoritaires et grassement subventionnées, quand elle obéit aux lobbies communautaristes ? De l’Education nationale à la politique pénale, en passant par la politique familiale, fiscale ou migratoire, ce pays est-il démocratique quand les orientations suivies sont contraires aux souhaits de 60% de la population, du pays réel ? Il faut dire que la droite au pouvoir avant l’Etat PS avait, de manière plus atténuée, pratiqué exactement la même stratégie antipopulaire.

Et quand on parle du musellement, de la censure et du contrôle des médias par le régime de Poutine (affirmation très largement exagérée), on oublie de préciser qu’en France, les chaînes de TV, les radios, la grande presse, les grands sites Internet sont à 90% aux mains de l’idéologie et des réseaux de l’oligocratie et de sa pensée unique. Le soft-totalitarisme, c’est chez nous qu’il sévit.

C’est cela, la démocratie française, dispensatrice de morale à la Russie de Poutine ? Poutine a trois fois plus d’opinions favorables dans son peuple que M. Hollande dans le sien. Nous sommes victimes en Occident d’une désinformation globale sur la Russie de Poutine. Alors, il faut cesser de taper sur celui dont la politique est approuvée par une très large majorité de l’opinion russe : c’est-à-dire l’opinion populaire, pas celle des élites occidentalisées ou d’une certaine bourgeoisie de Moscou et Saint-Pétersbourg. Mais la gauche bien pensante ne supporte pas l’opinion de la majorité du peuple – surtout du petit peuple qu’elle méprise comme inculte – et elle nomme « populisme » toute politique qui en tient compte, en l’assimilant au fascisme.

Poutine bashing

En réalité, les véritables raisons de la haine envers Poutine de la part de l’idéologie dominante (à distinguer de l’opinion populaire majoritaire) ne proviennent absolument pas de ce que son régime serait « antidémocratique » (car la gauche s’est toujours moquée de la démocratie) mais de ses orientations qui choquent l’oligocratie et l’intelligentsia médiatique. Les deux éléments principaux du Poutine bashing sont :

1) Poutine a décidé de refaire de la Russie une grande puissance et de lui redonner une force et un prestige international. Cela heurte les sentiments d’une certaine russophobie occidentale. La gauche française bien pensante s’allie en cela avec Washington. Collusion. On relance le mythe de l’ « impérialisme russe ». On déteste une Russie puissante et animée par le patriotisme dans les milieux de l’Union européenne (on pourrait parler de l’Union anti-européenne) qui sont soumis, hélas, à la géostratégie américaine. S’ajoute à cela le soutien de la Russie au pouvoir syrien, un sujet qui mériterait un autre article.

2) Poutine développe en Russie les notions de patriotisme, de regain de la natalité autochtone, de respect des valeurs traditionnelles du peuple russe, d’enracinement, d’arrêt de l’immigration incontrôlée, de coopération avec l’Eglise orthodoxe. Tout cela est profondément choquant pour l’oligocratie occidentale, parce que cela heurte de front son idéologie, ses passions et ses lubies. Poutine commet un péché capital en se démarquant du dogme du cosmopolitisme ; et en osant dire qu’il veut lutter contre la décadence des mœurs et affirmer l’identité russe ancestrale, il s’expose en affreux tyran. Poutine ne serait-il pas complice des idées fascistes de la Manif pour tous ?

A ce propos, la loi votée par la Douma contre la propagande envers les pratiques homosexuelles, et contre l’adoption d’enfants russes par des couples homos étrangers, comme l’hostilité du pouvoir russe envers la Gay Pride et le mariage homo ont été interprétées par les idéologues occidentaux comme des monstruosités, alors qu’il s’agit de simple bon sens et de positions suivies par 80% des pays du monde. L’arrestation et l’incarcération des Pussy Riots profanatrices de la cathédrale du Saint-Sauveur (et depuis libérées, ce qui révèle une faiblesse du pouvoir) ont aussi été présentées comme des pratiques scandaleuses, dignes de l’ancien goulag. On nage en plein délire.

Donc, la diabolisation de Poutine repose sur ces deux éléments et non pas sur le fait qu’il serait à la tête d’un régime oppresseur des libertés. Cette hypocrisie antirusse des sphères dirigeantes occidentales est démontrée par l’extrême tolérance envers les régimes des monarchies du Golfe et envers le pouvoir chinois qui sont, eux, de véritables dictatures. Il y a dans le monde, en Asie, en Afrique, en Amérique latine, de multiples régimes autrement plus « antidémocratiques » que la Russie. Silence. On préfère concentrer le tir sur Poutine. Parce que Poutine a des idées qui dérangent, des valeurs qui choquent les bien pensants. Parler de Poutine comme d’un tyran est très snob dans les salons bobos parisiens, où l’image compte plus que la réalité.

Le régime actuel russe est un pouvoir fort

En réalité, qu’est donc le régime actuel russe ? Certes, c’est un pouvoir fort. Mais il est impossible de faire autrement dans l’immense Fédération de Russie. C’est son histoire millénaire. Un système entamé par la corruption ? Certes, mais pas plus qu’ailleurs et souvent moins qu’ailleurs dans le monde. Un pays privé de libertés ? Comparez avec l’Union soviétique et vous aurez la réponse. Depuis que Poutine est au pouvoir, depuis l’an 2000, la Russie s’est redressée économiquement et reprend sa place comme grande puissance ; la pauvreté a reculé et le PIB par habitant nettement progressé. Bien sûr, d’énormes problèmes demeurent que je n’ai pas le temps ici d’énumérer. Tout n’est pas rose. Mais où les choses sont-elles roses ? On voudrait que la Russie devienne une Suisse géante ?

L’intérêt de l’Europe, comme je l’ai toujours dit, c’est l’axe d’alliance avec la Russie, qui partage avec nous la même civilisation dans les profondeurs, le même socle ethnoculturel, le même ensemble historique. Ce qui gêne, au fond, profondément, les anti-poutiniens, de manière maladive, c’est que Poutine défend, de manière assez tranquille, des idées d’identité et de puissance, de tradition et d’innovation, qu’il se méfie de l’islamisme (et de l’islam) comme de la peste, qu’il est très défavorable à l’immigration, qu’il est nataliste et familialiste et qu’il considère nombre de valeurs « sociétales » de l’Occident comme des antivaleurs nihilistes. Nauséabond et inadmissible pour les prêtres de la pensée dominante.

Conclusion

L’ex-KGB Poutine, rebaptisé homme de droite voire d’extrême droite, perturbe le logiciel plein de bugs de l’intelligentsia gauchiste au pouvoir. Poutine se met aussi en valeur comme un athlète, un chéri des filles (grand bien lui fasse), ce qui suscite la jalousie de dirigeants occidentaux qui détestent toute allusion à la virilité. Poutine joue habilement de son image virile, en direction des Russes. Ce qui, évidemment, suscite la colère des idéologues occidentaux pour lesquels la « virilité blanche » est le péché suprême.

Vive Poutine, donc, et vive la Russie !

Guillaume Faye
12/02/2014

_________________
@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Guillaume Faye
MessagePublié: 05 Sep 2014, 11:07 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
On sait tout cela. On ne compte plus le nombre d'années depuis lesquelles on le répète. Certains qui le savent on préféré partir quand il s'est agi de se demander ce qu'il convenait de faire concrètement. Rien, sans doute. Laisser faire, attendre... :roll:

http://www.gfaye.com/totalitarisme-islamique-de-lirak-a-la-france/

Totalitarisme islamique : de l’Irak à la France ?
1 septembre 2014 Par Guillaume Faye

Les exactions de l’État Islamique (EI) en Irak et en Syrie, issu de l’orthodoxie sunnite, nous rappellent la véritable nature de l’islam, porté au djihad, c’est-à-dire à la conquête violente, et au ”califat universel”. Elles rappellent aussi aux Européens que nous sommes, nous aussi, à terme, menacés, du fait de la présence croissante sur notre sol de l’islam et de sa version intégriste, l’islamisme, parfaitement conforme à la violence prônée dans le Qoran.

Protéiforme, le djihad est implacable

Il se déploie logiquement dans la barbarie des sunnites de l’IE, notamment contre les chrétiens et les yazidis, mais aussi les Kurdes et les chiites : déportations, destructions, spoliations, massacres, lapidations, décapitations, crucifixions, viols, razzias. Rien de nouveau en islam. Le djihad, ou guerre sainte, est devenu un fait incontournable, sous toutes ses formes, celles de la ruse et de la progression souterraine – comme chez nous – ou celles de la violence ouverte, comme au Moyen Orient, au Mali, en Lybie, au Nigéria. Il ne s’agit pas du tout d’une exception extrémiste ” qui n’a rien à voir avec l’islam”, comme on le rabâche partout, mais d’une option stratégique, qui est largement partagée dans l’umma musulmane, même sous le voile de la ruse et de l’hypocrisie. D’ailleurs, l’Arabie saoudite et le Qatar, respectables pétromonarchies dictatoriales officiellement alliées de l’Occident, adeptes du double discours, financent et arment en sourdine les bandes armées islamiques, tout comme elles financent les mosquées en Europe. La politique étrangère française s’en accommode : elle a abandonné toute idée gaullienne de souveraineté et d’indépendance comme toute cohérence géopolitique.

En réalité, c’est l’islam dans son ensemble qui est toujours tenté, consubstantiellement, par cette intolérance totalitaire et barbare. On notera qu’au tintamarre orchestré pour soutenir les Palestiniens dans la bande de Gaza bombardés par l’armée israélienne en représailles des attaques du Hamas n’ont répondu aucune manifestation d’envergure pour protester contre les persécutions des chrétiens pacifiques dans tout le Moyen-Orient, qui sont autrement plus meurtrières. Les autorités musulmanes en Europe et ailleurs, soi-disant ”modérées”, se sont tues ou bien ont protesté avec une mollesse hypocrite contre les exactions de leurs coreligionnaires. Tarik Ramadan ne s’est pas signalé par ses condamnations. Il n’y a pas eu de désolidarisation claire et forte des hiérarchies musulmanes officielles, ce qui est inquiétant.

L’Europe dans la ligne de mire

Écoutons le terrible et lucide avertissement, politiquement incorrect de Mgr Amel Shimon Nona, archevêque catholique chaldéen de Mossoul (Corriere della Sera, 09/08/2014) : « Nos souffrances actuelles sont le prélude de celles que vous, les Européens et les chrétiens occidentaux, allez souffrir dans un proche avenir [...] Vos principes libéraux et démocratiques ne valent rien ici. Vous êtes aussi en danger. Vous devez prendre des décisions fortes et courageuses, même si elles contredisent vos principes. Vous pensez que tous les hommes sont égaux, mais ce n’est pas vrai ; l’islam ne dit pas que tous les hommes sont égaux. Vos valeurs ne sont pas leurs valeurs. Si vous ne comprenez pas ceci très vite, vous allez devenir les victimes de l’ennemi que vous avez accueilli chez vous ».

Méditons aussi sur les propos d’un salafiste à Samuel Laurent, auteur de Al-Qaïda en France, cités par Yves de Kerdrel (Valeurs Actuelles, 28/08/2014) : « Dieu a ordonné aux musulmans de conquérir le monde entier. Le drapeau du djihad doit flotter sur le balcon de la Maison Blanche ! Aux fenêtres de l’Élysée. Nous forcerons chaque État à adopter l’islam et la charia ».

En France, dans nombre de ”cités”, de ”quartiers” et de zones de non-droit, l’intégrisme islamique progresse. Les barbus veulent imposer la charia, selon la logique de l’extension territoriale. La criminalité généralisée marche main dans la main, comme facteur d’intimidation, avec la progression de l’islamisme. Les Français de souche fuient. L’antisémitisme se développe chez les populations immigrées musulmanes, pour l’instant de basse ou de moyenne intensité. Sidérées, les élites juives ne savent plus quoi penser alors que pourtant, l’équation est simple à comprendre. Une partie de la gauche, jadis pro-juive, redevient antisémite dissimulée sous le concept d’”antisionisme”, tout simplement parce qu’elle veut plaire aux lobbies islamiques. Tout le montre et les services de renseignements intérieurs font des rapports qui ne sont pas vraiment pris en compte. L’oligarchie boit son champagne : pour combien de temps encore ?

Non seulement les populations immigrées musulmanes sont toujours plus nombreuses en France, du fait des arrivées incontrôlées et d’une démographie supérieure, mais elles sont de plus en plus pratiquantes, islamisées, radicalisées et, surtout, jeunes. La démographe Michèle Tribalat (Assimilation : la fin du modèle français, Toucan, 2013) rappelle que dans les familles musulmanes immigrées, le taux de transmission de l’islam aux enfants était de 43% dans les années 60, et de 80% à partir des années 80. Parallèlement, la sécularisation explose chez les Français catholiques : les pratiquants tendent à devenir vieux et minoritaires alors que chez les musulmans, les pratiquants sont jeunes et majoritaires. La réislamisation est massive. La forte progression du voile, des interdits alimentaires, des constructions de mosquées témoignent de ce séisme. Aujourd’hui, 90% des musulmans élevés en France épousent un conjoint musulman, qu’ils vont souvent chercher à l’étranger, ce qui aggrave encore les flux migratoires – mais au moins limite les unions mixtes….

Ne nous faisons pas d’illusion : la barbarie de l’État islamique et de ses émules ailleurs fascinent de nombreux jeunes musulmans présents en France, qui rêvent d’en découdre à leur tour et de mettre le pays à feu et à sang. Certains sont galvanisés par les vidéos d’égorgement diffusées sur le web. Et tous ceux qui rentreront en France après avoir combattu dans les rangs des bandes terroristes au Moyen Orient, aguerris, risquent d’être le fer de lance d’insurrections, d’exactions et d’attentats sanglants. Ils se sentent en d’état d’hostilité contre la France et l’Europe, avec l’échec de l’assimilation et de l’intégration, qui provient d’ailleurs de leur propre choix et pas du tout de la moindre ”exclusion” contre eux. Au refus agressif de notre civilisation s’ajoute un esprit de révolte revanchard et conquérant, légitimé par une fanatisation dans la version la plus simpliste de l’islam. L’islamisation de la France devient une obsession de plus en plus répandue. Avec, comme toujours, le prétexte de la libération des opprimés, cas de figure classique chez les agresseurs qui est de se victimiser. À la propagande incessante des imams et des agitateurs barbus dans les cités, les prisons, les lieux de culte s’ajoutent les effets ravageurs d’Internet et des réseaux sociaux.

Le tropisme totalitaire et collabo de la gauche

Toutes les pièces du puzzle sont en place, mais les élites autoproclamées ne veulent rien voir ou ne comprennent rien. Ce n’est pas la première fois dans l’histoire que les dirigeants français, aveuglés et plus ou moins incompétents (en général de gauche), se soumettent aux totalitarismes avant de comprendre leur erreur. Par exemple, face au nazisme : après les accords de Munich, cela s’est terminé par la défaite de 1940 et le régime de Vichy, qui fut, contrairement à la réécriture politiquement correcte de l’histoire, dominé par un personnel largement issu de la gauche socialiste et communiste. La droite patriote ralliait la Résistance ; et le Parti communiste, au départ collaborateur, n’a changé son fusil d’épaule qu’après l’opération Barbarossa contre l’URSS.

Ensuite, pendant des décennies, l’intelligentsia française et ses relais dans la classe politique et médiatique, n’ont jamais cessé de soutenir le totalitarisme communiste : celui du bloc soviétique et du stalinisme, de l’Albanie, de Cuba, de la Chine maoïste, voir du Cambodge de Pol Pot et de la Corée du Nord. Les repentances ont été très tardives dans les rangs de ces gauchistes bourgeois, travaillés plus ou moins par le trotskisme, et aujourd’hui au pouvoir. Le même phénomène se reproduit avec l’islamisme : son totalitarisme fascine la pensée de gauche, au fond très peu attachée à la notion de ”liberté”. L’appel à la ”laïcité républicaine” n’est qu’un faux semblant. À cela s’ajoute la paralysie mentale de la xénophilie antiraciste dogmatique qui implique que tout ce qui vient de l’étranger est par essence inoffensif et meilleur ; mais aussi le sentiment ancré que les immigrés sont les nouveaux prolétaires opprimés et que l’islam est leur juste bannière.

Le problème, c’est que le totalitarisme islamique, enraciné dans la longue histoire, ethniquement appuyé par une colonisation de peuplement, invasif, doté d’une dimension religieuse primitive mais efficace chez les masses toujours portées au fanatisme, est nettement plus dangereux que le nazisme ou le communisme. Il est à craindre que les élites françaises, comme toujours, découvriront la réalité quand il sera trop tard.

Quant on pense qu’on a inventé le concept dément d’islamophobie, punissable, comme si nos élites voulaient neutraliser dans l’œuf toute velléité de résistance de la part de leur propre peuple ! S’il ne s’agit pas de ”collaboration”, de quoi s’agit-il ? Pendant l’Occupation, déjà, la germanophobie était poursuivie. Il y a un parallèle à faire… Quant on pense aussi que ces mêmes élites capitulardes dénoncent le ”populisme” comme le principal danger en Europe (c’est-à-dire la défense des populations autochtones) alors que la menace majeure et l’ennemi principal sont non seulement négligés mais présentés comme des bienfaits et des chances ! On marche sur la tête. On croit aussi rêver lorsque entend partout la machine à désinformation désigner la Russie de Poutine comme le danger et l’ennemi principal…

Il faut se préparer au pire pour réagir

Qui peut savoir ce qui se passera ici au fur et à mesure que l’islamisation souterraine progresse avec l’immigration incontrôlée et le différentiel démographique ? Plusieurs de celles et ceux qui lisent ce texte ne seront plus là pour le voir, mais leurs enfants, si. Les chrétiens et les autres, non –musulmans, se croient à l’abri pour toujours en France. Ils ont tort. A la fin du IVe siècle, les Romains se croyaient bien à l’abri derrière leurs murailles, protégés des désordres de l’Empire. En 410, ils ont brutalement déchanté quand les barbares d’Alaric ont commis le premier sac de Rome, prélude à la fin de leur civilisation. Et encore, c’était moins grave qu’aujourd’hui puisqu’il s’agissait d’envahisseurs d’origine ethnique proche, des Germains.

Optimisme béat, angélisme, aveuglement, esprit masochiste de collaboration, syndrome de Stockholm, provoqué par la peur et la lâcheté, ou tout simplement haine de soi et de sa propre civilisation très répandue dans l’intelligentsia : le djihad compte sur ces pathologies mentales parfaitement repérées pour neutraliser les résistances à l’inondation islamique de la France et de l’Europe. La seule chose, dans l’histoire, qui fasse reculer le djihad, c’est la riposte et la contre-offensive déterminées. Ses adeptes ne comprennent et n’ont jamais compris dans l’histoire qu’un seul langage : non pas celui de la négociation, de la transaction, des pactes (toujours provisoires, car pour eux la parole ne compte pas) mais celui de la force.

Même le Pape François et la hiérarchie vaticane, pourtant affligés d’une mollesse affligeante avec leur doctrine de la Paix à tout prix, avec leurs larmoiements ridicules sur l’accueil des ”réfugiés”, en majorité musulmans, commencent à réagir à ce qui passe au Moyen Orient. Il serait temps. Mais quand réagiront-ils à ce qui risque de se produire en France et en Europe et qui les balaiera ? Les exactions de l’EI en Irak et en Syrie pourraient peut-être être positive et utiles si elles pouvaient ouvrir les yeux à certains de nos dirigeants, qui ne comprennent pas que les brandons du futur incendie couvent déjà en France.

Le plus grave (bien que très grave) n’est pas tant ce qui se passe au Proche-Orient que ce qui risque de se produire en Europe. Les ripostes aériennes américaines contre l’EI sont très insuffisantes, comme toutes les réactions occidentales, humanitaires ou militaires. Si l’État islamique s’effondre, il ressurgira ailleurs sous une autre forme, comme le Phénix ou l’Hydre de Lerne dont les têtes coupées repoussaient. Le djihad islamique n’est pas lié à une ”organisation” ou à des leaders (à l’inverse des totalitarismes laïcs du XXe siècle), mais à une mentalité fanatique enracinée et expansive, partout dans le monde.

La France de Sarkozy puis de Hollande a suivi une stratégie catastrophique, à la botte des Etats-Unis (dont la politique étrangère est une sorte d’égoïsme improvisé et brouillon) et des pétromonarchie (Arabie, Qatar) qui, elles, savent ce qu’elles veulent. On a renversé ou affaibli les dictatures arabes nationalistes et ”laïques” qui protégeaient les minorités (chrétiens et autres) et les femmes, qui faisaient barrage à la barbarie islamique et qui assuraient le développement économique et la lente émergence de classes moyennes. De ce fait, négligeant tous les enseignements de Machiavel et de Carl Schmitt, l’Occident pusillanime et à courte vue a, depuis en fait le soutien américain aux Talibans afghans contre la Russie de Brejnev, redonné vie au djihad islamique. Celui-là même qui est l’ennemi principal de l’Europe depuis le Moyen âge.

Maintenant que le mal est fait et que nous avons laissé pénétrer sur notre sol une immigration musulmane de peuplement, c’est ici, d’abord, en Europe qu’il faut réagir et combattre, car le ver est dans le fruit. Et, au delà d’un certain seuil numérique de présence immigrée musulmane, nous seront pris au piège. En géopolitique comme en polémologie ou en démographie, il est dans certains cas aisé pour les esprits lucides de prévoir à peu près l’avenir. Les grandes lignes de catastrophes sont prévisibles, pas les détails. L’éclatement des guerres, leurs protagonistes et les lieux où elles se passeront ne sont pas un mystère. L’Europe et, en particulier la France, doivent se préparer à cette hypothèse. Ce qui va supposer un réarmement moral – entre autres…


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Guillaume Faye
MessagePublié: 05 Sep 2014, 13:05 
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 08 Mai 2005, 19:11
Messages: 1700
Localisation: Nunavut
Wé, y a même Dieudonousse qui constitue l'avant garde de la Chariah. :rage:
;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;
Dieudonousse dit que LA DÉCAPITATION SYMBOLISE LE PROGRÈS, eh bien décapitons le :idea:

Il peut se porter volontaire pour une exécution télévisée pour faire avancer sa cause. :lol: :lol:

_________________
@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Guillaume Faye
MessagePublié: 07 Sep 2014, 08:10 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
Je ne sais pas s'il y a vraiment besoin d'un "complot" vu le niveau de ces gens qui n'ont vraiment besoin de personne pour se tirer des balles dans le pied. Personne ne manipule Trierweiler, elle est déterminée à le tuer... Tout au plus certains ont pu lui faciliter les choses. :wink:

http://www.gfaye.com/pour-qui-roule-valerie-trierweiller-hypotheses-sur-un-complot/

Pour qui roule Valérie Trierweiller ? Hypothèses sur un complot
7 septembre 2014 Par Guillaume Faye

On a tout dit sur l’affaire du livre de révélations privées, de vengeance et de ragots de Mme Valérie Trierweiler, Merci pour ce moment (Ed. Les Arènes), sauf l’essentiel. Ce pamphlet qui étale des frustrations personnelles, qui va rapporter un beau pactole à son auteur (on ne peut le lui reprocher) car c’est déjà un best-seller, n’est pas seulement motivé par le ressentiment d’une femme brillante, possédée par une haute idée d’elle-même, congédiée comme une domestique, qui veut régler ses comptes et faire parler d’elle. C’est une opération politique télécommandée et soigneusement préparée. Ce n’est évidemment pas l’intrigante Valérie Massonneau, ancienne épouse Trierweiler, qui a monté toute seule cette opération, conçue dans le plus grand secret.

Le coup de poignard

Comme une action de commando ou un bombardement de précision parfaitement réussis, le pamphlet est ravageur. Déjà catastrophique, l’image de François Hollande est carbonisée par l’ensemble des révélations (vraies, fausses ou exagérées, peu importe) sur son caractère : cynisme, mépris du peuple (les ”sans dents”), pusillanimité, indifférence, goujaterie, mesquinerie, propensions aux mensonges, etc. Les propos de V.T. sont d’autant plus acerbes et vipérins que la victime ne peut pas attaquer en diffamation. L’auteur a tiré sur une ambulance. Elle couvre de ridicule et d’opprobre le petit président indécis et incompétent en lui arrachant sa seule qualité reconnue : celle d’un type ”sympa. ”

Passons sur la dévalorisation de la fonction présidentielle et une dégradation supplémentaire de l’image de la France. Le but du pamphlet était d’accentuer la descente aux enfers de François Hollande, d’enfoncer la tête dans l’eau de celui qui commence à se noyer sous la pluie. Ségolène Royal – bête noire de la rancunière VT – qui a pris la défense de Hollande dans cette affaire et qui est la mère de ses enfants, cherche évidemment à se positionner comme un personnage sage et magnanime. Elle joue bien. Ce pamphlet, que certains jugent abject, est une aubaine pour elle. Elle n’a pas abandonné son obsession dévorante : l’Élysée en 2017. Elle a plus de chances d’y parvenir que son ex, le petit bonhomme, d’être réélu. Dans le fond de son esprit calculateur, elle ne peut que se féliciter du coup de poignard dans le dos que son ancienne rivale a porté au pathétique François Hollande.

Ce dernier s’est d’ailleurs enfoncé lui même encore davantage dans les sables mouvants du ridicule lors de sa conférence de presse affligeante au sommet de l’Otan du Pays de Galles, en bégayant, pleurnichard, qu’il mettait toute sa vie au service du peuple et des ”pauvres”. Encore une preuve qu’il perd pied. François Hollande, par sa légèreté indigne d’un président de la République, aussi bien sur le plan du travail qu’il doit accomplir en tant qu’élu suprême de la Nation que sur celui de son comportement privé aura bien cherché ce qui lui arrive. Néanmoins, ce chef d’État catastrophique et incompétent, victime du syndrome de Peter (progression hiérarchique au dessus des capacités) doit encore durer deux ans et demi. Un bail. Il gêne, il faut qu’il dégage aux yeux de certains, notamment en Allemagne. De plus, il s’est fait un ennemi redoutable, un challenger détesté qu’il a essayé de couler par des procédés de basse police et un harcèlement judiciaire à la limite de la légalité. Essayons donc de rassembler les pièces du puzzle d’un éventuel complot.

Les âmes du complot

C’est donc une opération politique, au delà de la rage intime de Mme Trierweiller, qui a été instrumentalisée et qui est psychologiquement très manipulable, d’autant plus qu’elle est frustrée et blessée. Un pion central de cette manœuvre est Paris-Match, pilier de la presse voyeuriste et adepte des ”coups” bien montés, dont l’intéressée est employée, qui a publié les ” bonnes feuilles ” de Merci pour ce moment. D’autre part, le livre a été imprimé en grand secret en Allemagne, dont les coûts de fabrications éditoriaux sont pourtant élevés. Pourquoi le secret aurait-il été mieux préservé en Allemagne qu’au Portugal ou en Espagne ? Nous y reviendrons plus bas.

Valérie Trierweiller entretient de très bonnes relations avec Carla Bruni-Sarkozy, c’est une des pièces du puzzle. Nicolas Sarkozy, qui a la rancune tenace, est outré par ce qu’il estime être des persécutions judiciaires à son égard pilotées par Hollande, son ennemi juré. Il est logique qu’il veuille couler celui qui veut le couler. Bataille navale. Autre élément du puzzle : Nicolas Sarkozy entretient de bonnes relations avec Angela Merkel et son entourage. Pour des raisons différentes, tous les deux ne supportent pas François Hollande.

En effet, pour nos partenaires allemands, François Hollande est une catastrophe ambulante, absolument pas à la hauteur. Il serait donc préférable qu’il soit abattu en vol avant 2017, fin théorique de son mandat, et surtout qu’il ne soit pas réélu. Donc, il faut le torpiller pour créer une crise ; tout au moins déstabiliser ce président dramatiquement incompétent et catastrophique et le pousser, d’une manière ou d’une autre, à la démission. Un pays comme la France ne peut plus être un interlocuteur valable avec à sa tête un tel bras cassé. Ribouldingue ne peut pas continuer à diriger le pays qui est l’homme malade de l’Europe et contribuer à aggraver son mal mois après mois. Pour l’Allemagne d’Angela Merkel, notamment, c’est insupportable. L’Allemagne, au moment ou la Grande-Bretagne risque de quitter l’Europe et où l’Écosse peut faire sécession, au moment de la crise russo-ukrainienne et de celle qui embrase le Moyen-Orient, l’Allemagne a besoin d’un interlocuteur français valable. Par exemple un Sarkozy de retour ? En tout cas, Hollande est devenu le problème…

D’ailleurs, François Hollande s’est parfaitement douté que les comploteurs qui avaient télécommandé le livre de son ex-compagne visaient l’interruption de son mandat et qu’il s’agissait d’un assassinat soft, puisque, pendant sa catastrophique conférence de presse du sommet de l’Otan, il a maladroitement fait allusion à cette hypothèse en répétant qu’il ne partirait pas. Cette affaire tonitruante est, de plus, venue parfaitement à point pour faire oublier la poursuite de l’acharnement judiciaire contre Nicolas Sarkozy. Hollande se retrouve dans le rôle de l’arroseur arrosé : toujours sous la pluie.

Ce coup de poignard dans le dos de Hollande, au bord du gouffre, pour accentuer la crise gouvernementale française pathétique et précipiter sa chute avant la fin de son mandat, vient à un trop bon moment, trop bien calculé pour être le fait du hasard. En outre, quand on lit le pamphlet, on s’aperçoit qu’il est très bien travaillé, par probablement d’excellents conseillers, dans un but principal : démolir dans l’opinion l’image du brave type, du ”président normal” pour brosser celle d’un individu peu recommandable, égoïste et antipathique. D’autre part, le processus éditorial a été monté de main de maître, dans le secret, avec une couverture médiatique massive et immédiate, un énorme tirage : signe qu’il s’agit d’une opération professionnelle et non pas de la simple vengeance d’une compagne éconduite. Il semble donc pertinent de soupçonner fortement les deux forces auxquelles j’ai fait allusion, la sphère sarkozyste et les services allemands, d’avoir aimablement aidé le travail de plume de Mme Trierweiller et sa promotion médiatique.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Guillaume Faye
MessagePublié: 09 Sep 2014, 07:26 
Du Crime
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 21 Aoû 2006, 18:43
Messages: 8691
Localisation: dans la jungle
Uncle a écrit:
Je ne sais pas s'il y a vraiment besoin d'un "complot" vu le niveau de ces gens qui n'ont vraiment besoin de personne pour se tirer des balles dans le pied. Personne ne manipule Trierweiler, elle est déterminée à le tuer... Tout au plus certains ont pu lui faciliter les choses.

Oui... On peut dire ça comme ça si tu veux, histoire de ne pas passer pour des adeptes de la complotite aigüe, mais il est tout de même évident que cela dépasse le règlement de compte psychopathe perso, l'un n'empêchant d'ailleurs pas l'autre. Sans rapport mais exactement du même ordre que le sondage mettant MLP gagnante face à Hollande au 2ème tour. L'actionnaire principale de l'IFOP est la dame Parisot, la sarkozyste anti lepeniste hystérique que l'on sait. Tout ça vise à remettre Sarko sur orbite... Si, si... L'ennui étant, pour le moment, que même son propre camp UMP ne veut plus du gnome romano. A mon sens, logiquement, la main reste à Juppé, qui lui pourra ratisser au centre. Sarko rêve de refondre totalement l'UMP, des statuts au nom mais pour ce faire, il faut du pognon et l'UMP a surtout des dettes. Sans parler des casseroles judiciaires du gnome.

_________________
L'homme pense et Dieu rit
Cioran


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Guillaume Faye
MessagePublié: 20 Sep 2014, 12:52 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
http://www.gfaye.com/la-vassalisation-de-la-france-ds-laffaire-russe-interview-video-de-guillaume-faye/

La vassalisation de la France dans l’affaire Russe
14 septembre 2014 Par Guillaume

- Les enjeux économiques et géopolitique du conflit contre la Russie dans le contexte de la guerre ukrainienne.
- Une erreur géopolitique majeure dans l’histoire de France.
- L’affaire des frégates Mistral.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=pvNUWe08vXs


Guillaume Faye. France Décadence

http://www.youtube.com/watch?v=-4uzDWZY7cA


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Guillaume Faye
MessagePublié: 08 Oct 2014, 11:25 
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 05 Jan 2007, 08:46
Messages: 484
Localisation: Olympe
http://www.gfaye.com/zemmour-a-raison-la-france-se-suicide-sauf-que-cest-peut-etre-un-meurtre/

Zemmour a raison : la France se suicide. Sauf que c’est peut-être un meurtre
6 octobre 2014 Par Guillaume Faye

Le journaliste, écrivain et analyste polyvalent , Éric Zemmour, qui appartient à la famille gaulliste-bonapartiste, vient de publier Le suicide français, les 40 années qui ont défait la France, (Albin Michel) un essai d’une lucidité et d’une pertinence rares. Ses observations et son diagnostic recoupent les miens sauf sur un point.

Le virus soixante-huitard

Sa thèse démarre sur le constat que depuis 40 ans, les élites culturelles, intellectuelles, médiatiques et politiques françaises ont déconstruit les valeurs de la nation et de la société françaises pour imposer une idéologie dominante, d’abord contestatrice ”antisystème” puis devenue doctrine officielle d’État, responsable du déclin français. C’est la vision du monde de Mai 68, d’origine gauchiste (tendance trotskiste) qui a infecté l’ensemble de la société. Cet appareil idéologique est un subtil mélange d’individualisme anarchiste libertaire, d’égalitarisme généralisé, de cosmopolitisme mal compris et antipatriotique, et de vulgate marxisante et antibourgeoise d’une hypocrisie sans complexe. Résultat clair, 40 ans après : explosion de la criminalité et lois judiciaires laxistes, immigration et islamisation massives, déconstruction des piliers de la société comme l’Éducation nationale, guerre contre l’ordre naturel et le bon sens, haine de l’ordre familial, mélange insipide de droit-de-l’hommisme autoritaire et d’individualisme libertaire. La suite est longue et les antidépresseurs font le bonheur des laboratoires.

Zemmour démontre que cette idéologie minoritaire (portée par la bourgeoisie de gauche cosmopolite) s’est imposée, par infusion métapolitique, dans l’oligarchie politico-médiatique tenue par cette néo-bourgeoisie ; cette dernière ignore et méprise la France des petites gens autochtones qui est pourtant majoritairement, et de plus en plus, opposée à cette évolution. Ce qui en dit long sur notre ”démocratie”. Passons.

Subversion nihiliste, elle-même suicidaire : cette idéologie, en effet, non seulement détruit l’ordre social auquel elle s’applique mais elle finira par se détruire elle-même par ses contradictions internes et ses utopies antinaturelles. Comme la guêpe qui meurt en empoisonnant de son dard sa victime.

La trahison des clercs

Avec raison, Eric Zemmour juge l’Europe de Bruxelles comme une inversion perverse de l’idée européenne véritable, c’est-à-dire une anti-Europe, sans frontières et soumise à la fois à Washington et aux invasions extérieures. Une construction antidémocratique et antinationale. Le paradoxe est que la ”pensée 68”, au départ dans une posture marxisante et anticapitaliste, a abouti à l’économie de casino sans contrôle des mouvements spéculatifs de capitaux ; et au détriment de la souveraineté monétaire.

La contradiction est absolue, au sein de l’idéologie d’État, entre, par exemple, l’islamophilie et le féminisme institué. Sans oublier le mariage homo. Cependant là, il ne s’agit pas d’un délire proprement français, mais ”occidental” au sens large. Le mal qui frappe la France empoisonne aussi tous les autres pays occidentaux. Par déficit de sève identitaire. Deux seuls essaient de résister : Israël et la Russie, deux cas à la fois différents et semblables pour qui sait réfléchir. Sans parler, hors Occident malade, du Japon, de la Chine et d’autres qui considèrent leur identité ancestrale comme allant de soi.

L’idée centrale de Zemmour, le ”suicide”, est pertinente. Un peuple, un pays, le nôtre (et, au delà nos voisins et cousins) ne succombe pas par une invasion extérieure de force et victorieuse mais par un effondrement intérieur. Une première dans l’histoire. Les élites ouvrent volontairement les portes à l’invasion et sapent volontairement le socle de l’identité et des valeurs. Deuxièmement, ce terme de ”suicide” (qui est proche de mon concept d’ethnomasochisme) est étayé par la démonstration implacable que ce sont les élites intellectuelles (médiatiques, politiques, etc.) qui ont empoisonné l’esprit public – et qui se sont aussi empoisonnées elles mêmes. La diffusion mortifère, depuis les années 60 (en fait, c’est plus ancien) des dogmes égalitaristes sous couvert d’humanisme ont provoqué, comme des virus à retardement, la situation que nous subissons. De manière globale, tout est ce qui ”de gauche” est gauche, c’est-à-dire pas droit, maladroit comme l’étymologie l’indique. Le mérite de Zemmour est de faire une généalogie métapolitique du poison. Les idées mènent le monde et, si elles sont mauvaises, elles le mènent à sa perte.

Zemmour a commencé par choquer à mort toute la caste bien-pensante de l’idéologie dominante, à gauche par conscience du danger idéologique qu’il représente, à droite par jalousie. Son talent le fait haïr par l’immense cohorte des médiocres. Mais celle-ci a rabattu son caquet devant son succès médiatique, parce qu’il exprimait ce que pense (ou plutôt, ressent) le peuple de souche, clientèle finale des médias.

L’analyse du déclin français par Zemmour est d’une pertinence aigue, médicale Et ce que ne lui pardonnera jamais l’oligarchie, c’est d’avoir placé en contrepoint de son discours ce que Renaud Camus a nommé le « grand remplacement » de population que j’ai préféré appeler la colonisation de l’Europe. C’est-à-dire l’immigration de masse extra-européenne subie par le peuple de souche et tolérée (pire, provoquée) par l’oligarchie, droite et gauche confondues.

Sur ce chapitre, Zemmour ne confond pas les conséquences (communautarisme, échec de l’intégration par abandon de l’assimilation) avec la cause : l’immigration de peuplement extra-européenne et musulmane massive, provoquée par le regroupement familial puis par les dogmes idéologiques européistes des frontières ouvertes et l’inexpulsabilité des marées de clandestins (Droits de l’homme). Les premières sont inévitables si l’on ne s’attaque pas à la seconde. On ne peut ”intégrer” que de petites minorités et, de plus, de culture proche.

Désaccords avec Zemmour

Là où je ne suis pas Zemmour, c’est dans sa nostalgie du modèle colbertiste et sa défense d’un certain étatisme pesant. Il s’en prend au ”libéralisme”, mais ce n’est pas de cela dont souffre la France. Elle souffre au contraire, dans une mondialisation capitaliste généralisé, de maintenir un système socialo-communiste ingérable. Il néglige les graves échecs de l’État-Providence, sa faillite financière, le poids insupportable d’une fonction publique surprotégée, les corporatismes syndicaux, un Code du Travail ubuesque etc. En ce sens, les héritiers de Mai 68 – bien que cosmopolites et mondialisés – sont bel et bien toujours restés marxisants et communisants.

La défense par Zemmour de l’État fort et souverain français est respectable mais a-t-il compris qu’un État fort doit être maigre et musclé ? Quand il dénonce les délocalisations, il incrimine Bruxelles et son « libéralisme autoritaire », mais il semble sous-estimer autre chose : le système socio-économique français, en réalité communiste et corporatiste, qui plombe notre économie, détruit la rentabilité des entreprises, décourage et fait fuir les investisseurs et les créateurs d’emplois, sans que l’ ”Europe” n’y soit pour rien. Je ne cherche pas à convertir les bonapartistes au ” libéralisme”, ce concept assez flou, mais à proposer une vision ”schumpeterienne” de l’économie : c’est-à-dire réconcilier l’entrepreneur (grand ou petit) avec le peuple travailleur et l’État, en sachant que l’État, c’est nous. Et que la bonne vision de l’État, pour ceux qui fréquentent, les grands auteurs, ce n’est pas celle de Hobbes ni de Marx (la caste des fonctionnaires d’appareil) mais celle d’Aristote : l’association des citoyens libres et entrepreneurs et le patriotisme. Zemmour a raison sur tout, sauf sur sa conception des rapports entre l’État français et l’économie.

Suicide ou tentative d’ethnocide ?

Un dernière chose et là, Éric Zemmour, en dépit de la pertinence de son analyse, ne peut rien prévoir, pas plus que vous ni moi : il existe des suicides ratés. En effet, la France fait une tentative de suicide. Mais elle peut être réanimée et se réveiller. Mais est-ce vraiment la France qui se suicide ? Plus exactement, c’est une certaine oligarchie française qui, depuis 40 ans, opère ce suicide français. Mais représente-t-elle véritablement la France ? Elle a partie liée avec les forces de la colonisation de peuplement et avec toutes celles (”internationales”) qui veulent dissoudre l’identité de la France comme celles des autres nations européennes.

Comme on le voit à de nombreux signes, la France autochtone des classes moyennes et modestes, jadis invisible, redevient visible. Elle, n’entend pas se suicider, mais résister à la mort. Le suicide français, opéré par une minorité médiatique, intellectuelle, politicienne ne serait-il donc pas plutôt un meurtre ? Une tentative de meurtre par empoisonnement lent ?

On peut suggérer l’idée d’ethnocide. En effet, l’oligarchie culturelle, intellectuelle, médiatique et politicienne responsable de cet état de fait depuis 40 ans est animée par trois sentiments : 1) l’individualisme libertaire (et présentiste) qui fait détester tout ordonnancement organique de la société, comme d’ailleurs toute esthétique, tout patriotisme, toute volonté historique ; 2) la haine pathologique de toute identité enracinée française (ou européenne, au vrai sens du terme, pas celui de Bruxelles) comme d’ailleurs de toute projection dans l’avenir, de toute ”grande politique”, de tout destin, de toute grandeur – et au final de tout vrai futurisme. 3) L’esprit de collaboration avec l’envahisseur ou le dominant extérieur, la xénophilie.

Mais ce forfait peut échouer. Des intellectuels minoritaires, comme Zemmour, entendent être des éveilleurs, les réveilleurs de la colère du peuple. Le temps presse. Et pour l’instant qui, dans la classe politique, aura la trempe d’affronter la tempête, une fois au pouvoir, par des actes ?

http://www.amazon.fr/Le-Suicide-fran%C3%A7ais-Eric-Zemmour/dp/2226254757/ref=as_sl_pc_ss_til?tag=blodeguifay-21&linkCode=w01&linkId=SRUNKGDYGCZQ5XUI&creativeASIN=2226254757

_________________
Image

Espoir


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Guillaume Faye
MessagePublié: 31 Oct 2014, 10:57 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
Faye : "Fleur Pellerin a une culture de Karaoké" :lol:

Guillaume Faye. Education nationale. 22 octobre 2014

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=BnZZPE2s9PI


Pas d'accord avec Faye sur sa vision économique et régionaliste, sur l'euro etc... Mais la vidéo ne traite pas que de ça puisqu'il aborde aussi l'immigration invasion, De Gaulle, l'islam etc. Un bon complément à son article sur le même thème. :wink:

Guillaume Faye. Changements si le FN prenait le pouvoir . 24 septembre 2014

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=ceQ2UhRWRc4


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 39 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivant

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 6 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher pour:
Aller à:  
cron
POWERED_BY
Traduit par phpBB-fr.com