LibertyVox • Voir le sujet - Le malheur du siècle : Communisme - Nazisme - Shoah
 
 
Retour à l'accueil
Index du forum

LibertyVox

La voix est libre !
Nous sommes le 27 Avr 2018, 07:38

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 230 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 12, 13, 14, 15, 16  Suivant
Auteur Message
MessagePublié: 20 Fév 2012, 16:10 
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 08 Mai 2005, 19:11
Messages: 1693
Localisation: Nunavut
tyler a écrit:
amerika on ice a écrit:
Wé, bon, le professeur Saucisson, il nie des faits historiques un peu plus importants. Et les muslims qui nient le fait d'avoir marché sur la lune, le 11 septembre and so on:rage:

Citation:
Ah, mais je sais tout cela, cher Amerikanousss :mrgreen: Il ne me viendrait même pas à l'idée de penser que ce tas de macchabées "tiers-mondistes", comme tu dis, n'arrive, ne serait-ce qu'à la cheville, d'un seul des morts "élus" de la Shoah...


Tu me cites patiellement, vieux frère. Tu as ou oublié la fin:: Et les muslims qui nient le fait d'avoir marché sur la lune, le 11 septembre and so on

Sinon, Bhopal est aux Indes, et une part des Français ou des Européens ont des origines Indo-Européennes. C'est donc notre Tiers-Monde à nous, biquet ! :mrgreen:

Wé, bon moi Dieudonousse et les kémites, j'irais pas pleurer dessus :clope: .;;;;;;;

Et les Indiens ou les pakis, c'est un peu lointain et douteux comme origine pour moi. Je les préfère aux muslims et au kamites, mais j'irais pas risquer ma peau pour eux.

Well, je soutiens l'inde contre les pakis, qu'ils leur balancent quelques bombes atomiques et qu'on en finisse. :boum: :boum:

Et qu'on puisse danser à la victoire :pig:

_________________
@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 08 Mar 2012, 21:10 
Vicious
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 09 Mar 2011, 17:44
Messages: 4332
Localisation: Dans la Caverne
« Le communisme, c’est le nazisme, le mensonge en plus. » – Jean-François Revel

« Le communisme, c’est une des seules maladies graves qu’on a pas expérimentées d’abord sur les animaux. » - Coluche

« Entre le communisme et le socialisme, il y a la différence de l'assassinat à l'homicide par imprudence. » - Wilhelm Roepke

_________________
J'ai plus peur de nos propres erreurs que des plans de nos ennemis. Périclés


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 12 Mar 2012, 19:05 
Vicious
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 09 Mar 2011, 17:44
Messages: 4332
Localisation: Dans la Caverne
http://www.fonjallaz.net/

http://www.fonjallaz.net/MLH/pcf/pcf-terrorisme-liberation.html

La gauche guidant le peuple

Le Figaro Hors-Série, « 8 mai 1945, la victoire finale » - 01/05/2005

Quand les communistes français profitent du rôle joué par l’URSS dans la victoire contre le nazisme pour développer un véritable terrorisme intellectuel.

Le 6 juin 1944, les Anglo-américains débarquent en Normandie. Le 15 août, c’est en Provence que les Alliés prennent pied sur le continent. Le 25 août, Paris est libéré. Au même moment, sur le front Est, les troupes du Reich reculent. Le 1er août, alors que les Allemands commencent à évacuer Varsovie, l’armée secrète polonaise se soulève. Ce sont les SS qui sont chargés de réprimer l’insurrection. L’armée rouge n’est qu’à 20 km de la ville, mais elle ne bouge pas. Les plans de Staline sont formels : il faut laisser les nazis écraser les patriotes polonais, ce qui épargnera aux Soviétiques de le faire. Le 28 août, les derniers résistants se réfugient dans les égouts de Varsovie, où ils tiendront un mois encore. A Paris, à la mi-septembre, l’IFOP (institut de sondage fondé juste avant la guerre) reprend ses activités. Une de ses premières enquêtes, publiée dans le courant du mois, révèle que pour 61 % des Français, l’URSS est la puissance qui a le plus contribué à la défaite allemande, 29 % attribuant ce mérite aux Etats-Unis...

Un an plus tard, en octobre 1945, lors des premières élections législatives d’après-guerre, le parti communiste remporte plus de 26 % des suffrages, devançant les démocrates-chrétiens du MRP et les socialistes de la SFIO. En 1946, ce score monte à 28 % des voix. De 1945 à 1947, les communistes siègent au gouvernement. Le PCF, auréolé de sa participation à la Résistance (« le parti des 75 000 fusillés », chiffre mythologique, supérieur au nombre total des fusillés sous l’Occupation), atteint alors son apogée. Son prestige s’augmente du crédit accordé à l’URSS, ce pays ami dont l’opinion pense qu’il a joué le plus grand rôle dans la défaite de Hitler.

Un trou de mémoire collectif engloutit ce qui s’est passé quelques années auparavant. En août 1939, les communistes français ont approuvé le pacte germano-soviétique, et pendant que Maurice Thorez, le secrétaire général du PCF, désertait son régiment pour rejoindre l’URSS, le gouvernement Daladier a interdit le Parti et l’Humanité. Six jours après l’entrée des Allemands dans Paris, les communistes ont sollicité l’autorisation de faire reparaître leur quotidien auprès de la Propagandastaffel. C’est en 1941 seulement, quand Hitler a attaqué l’URSS, qu’ils sont entrés dans la Résistance. A la Libération, qui oserait rappeler ces faits ? Thorez a été amnistié, l’entente Hitler-Staline est occultée, et les 4'500 officiers polonais dont les dépouilles ont été exhumées par les Russes à Katyn, selon la version officielle, ont été tués par les nazis.

Tragique ambiguïté de 1945. La victoire sur l’Allemagne nationale-socialiste, victoire indispensable, victoire vitale, a été remportée grâce au concours de l’Union soviétique. Stratégiquement, il n’existait pas d’autre solution. Mais voilà l’URSS rangée dans le camp de la liberté, et le silence de se faire sur la nature totalitaire de son régime. Comparer le nazisme et le communisme est interdit : s’y risquer, c’est être suspecté de sympathie rétrospective pour Hitler.

Le résistant Jean Paulhan est un des premiers à en faire l’expérience. Membre du Conseil national des écrivains, il en démissionne, effrayé par la tournure prise par l’épuration. Dès février 1945, le journal communiste Le patriote lance l’accusation : « Monsieur Jean Paulhan, trahissant les Lettres françaises qu’il avait servies durant l’occupation nazie, se met au service de la pensée fascisante. »

« L’antifascisme : avec ce mot, tout est dit de ce qui va faire le rayonnement du communisme dans l’après-guerre », écrira François Furet dans Le passé d’une illusion. La technique, pour autant, date de l’avant-guerre. Dans les années 30, l’anticléricalisme étant passé de mode, l’antifascisme est le creuset de toutes les gauches. Il sert de dénominateur commun à l’alliance ébauchée, le 12 février 1934, lors de la première manifestation réunissant communistes et socialistes, alliance concrétisée, en juillet 1934, par la signature d’un pacte d’unité d’action entre le parti communiste et la SFIO. C’est aussi l’antifascisme qui prépare la coalition formée entre communistes, socialistes et radicaux, un an plus tard, en vue des élections de 1936 qui donneront la victoire au Front populaire.

Pour les communistes, ces retrouvailles avec les socialistes obéissent à un choix tactique opéré à Moscou. Après l’écrasement des communistes allemands par les nazis, échec d’une stratégie qui consistait, pour Staline, à laisser Hitler démolir la République de Weimar dans l’espoir que les communistes ramassent le pouvoir, le Kremlin, abandonnant la ligne « classe contre classe », donne consigne aux partis affiliés à la IIIe Internationale de s’allier aux socialistes, afin de former, au nom de la défense de la paix, un front commun contre le fascisme. A Paris, Willi Münzenberg, un agent du Komintern, chef d’orchestre de la propagande pour l’Europe de l’Ouest et l’Allemagne, met cette tactique en oeuvre, pendant qu’Eugen Fried, un Tchèque qui est le véritable chef clandestin du PCF, veille à son application. Il s’agit de faire passer la cause de la paix par la défense de l’URSS, donc du communisme : être pour la paix, c’est être contre Hitler ; être contre Hitler, c’est être pour Staline ; a contrario, être contre Staline, c’est donc être pour Hitler.

Après-guerre, les communistes resservent cette thématique antifasciste. Le communisme incarne le bien absolu, et le nazisme le mal absolu. A gauche, ceux qui veulent servir la « classe ouvrière » doivent suivre les communistes (le Bien). A droite, l’hostilité à l’encontre du Bien (le communisme) trahit une connivence implicite avec le Mal (le nazisme). La droite libérale et la droite nationale sont complices dans l’anticommunisme ; la droite nationale est en réalité fasciste ; or le paradigme du fascisme est le nazisme. Donc un libéral peut glisser vers le fascisme, car l’anticommunisme conduit au nazisme.

Immense sophisme, mais d’une puissance d’attraction considérable : qui ne serait pas révulsé par Hitler ? Afin de donner consistance au danger fasciste, il faut donc inventer des fascistes. De Gaulle fonde le Rassemblement du peuple français ? C’est un fasciste. Certains prétendent que l’URSS abrite des camps de concentration ? Ce sont des fascistes. Raymond Aron dénonce le communisme international ? C’est un fasciste.

Les accords de Yalta, en 1945, ont prévu en Europe de l’Est des élections libres qui n’auront jamais lieu : la nuit du stalinisme tombe sur les démocraties populaires. « De Stettin, dans la Baltique, à Trieste, dans l’Adriatique, un rideau de fer est descendu à travers le continent », constate Churchill le 5 mars 1946. La guerre froide commence, mais la propagande communiste invente un ennemi fictif : l’impérialisme américain. Et ceux qui se hasardent à mettre en garde contre l’adversaire réel tombent sous le coup de l’accusation suprême, colportée non seulement par les communistes mais par leurs compagnons de route : « L’anticommunisme est la force de cristallisation nécessaire et suffisante d’une reprise du fascisme », affirme Emmanuel Mounier en 1946.

Le terrorisme intellectuel culmine en 1949, lors du procès Kravchenko. Dans son livre J’ai choisi la liberté, ce citoyen soviétique, réfugié politique aux Etats-Unis, a exposé la nature totalitaire du régime soviétique. A Paris, un procès l’oppose aux dirigeants des Lettres françaises, hebdomadaire communiste qui l’accuse d’être un faussaire. Kravchenko produit des témoins qui sont tous des rescapés des camps soviétiques, et parfois, comme Marguerite Buber-Neumann, doublement rescapés, puisque cette dernière est passée directement du goulag à Ravensbrück, livrée par Staline à Hitler après le pacte germano-soviétique. Devant le récit de leurs souffrances, l’avocat des Lettres françaises n’a qu’un commentaire : « La propagande nazie continue ». « Un anticommuniste est un chien », s’écriera encore Jean-Paul Sartre en 1961.

Pour que la vérité sur le système soviétique se fasse jour, il faudra attendre longtemps encore. Mais d’ailleurs, a-t-elle jamais été vraiment faite ?

_________________
J'ai plus peur de nos propres erreurs que des plans de nos ennemis. Périclés


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 12 Mar 2012, 19:15 
Vicious
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 09 Mar 2011, 17:44
Messages: 4332
Localisation: Dans la Caverne
http://www.fonjallaz.net/Communisme/nazi-com/index.html

La comparaison interdite: communisme = nazisme

Jean-François Revel (philosophe, académicien) est l'inventeur de cette affirmation assez véridique. En fait, et l'histoire le démontre indubitablement, les communistes sont encore plus dangereux que les nazis, car ils arrivent à tromper sur leur but catastrophique en les cachant sous des beaux sentiments et de belles intentions! De plus, comme aucune régime communiste n'a jamais réellement été condamné, le négationnisme des crimes communistes continue à infecter la planète et aussi l'abandon total des victimes des régimes actuels, de la Chine populaire à Cuba! D'où la nécessité de continuer le combat contre les marxistes et leur avatars anti-capitalistes, communistes, socialo-communistes, marxistes-léninistes, bolchévistes, etc…, et ceci d’antan plus que le 1/5 de la population mondiale subit encore un régime communiste!

A droite, la devise du camp des Solovki: “Par une main de fer, amenons de force l'humanité vers le bonheur”. L'imposture fondamentale des bolchéviks, la main de fer de l'appareil répressif, on l'a vu, mais le bonheur on l'attend toujours! A gauche, la devise du camp d'Auschwitz, volée le 18 décembre 2009, que tout le monde connaît. Remarquer que l'horreur nazie on la dénonce, mais quel silence sur les crimes communistes alors que les premiers camps de concentration avec travail forcé ont été ouverts par Lénine et Trotski en juin 1918!

En conséquence de ce soi-disant crime de lèse majesté ou blasphème, Revel a rejoint la longue liste des victimes de représailles comprenant exclusion de postes universitaires, bannissement des média, ragots malveillants, faire croire que cet individu est le diable, etc. afin d'en faire une sorte de pestiférés. Comme il n'est pas possible de critiquer son point de vue, juste et historiquement fondé par la réalité des faits, il faut à tout prix le diaboliser afin que, quoiqu'il dise, les idiots utiles ne puissent l'entendre et encore moins le comprendre! Cette action réussit à neutraliser son point de vue afin que les crapules et escrocs communistes puissent continuer à infecter la société!

Toujours de Jean-François Revel "Du passé de gauche, faisons table rase !", tant il y a eu de sang, de misère et de larmes! Et aussi de cocus!

Liste des écrivains, journalistes et philosophes mis à l'index suite à leur audace à dénoncer l'imposture marxiste. Parmi eux: Jean-François Revel, Raymond Aron, Merleau-Ponty, Stéphane Courtois, ET TOUS CEUX Liquidés DANS LES RÉGIMES COMMUNISTES!

Raymond Aron, fine mouche, évite la comparaison entre le communisme et le nazisme, afin de mener une démonstration qui explose le marxisme. Il évite ainsi d'être traité de nazi, ce qui permettrait de disqualifier son œuvre magistrale de dénonciation de l'imposture de Karl Marx. Étant juif, cela le protège d'être accusé d'«antisémitisme» même quand il rappelle que:

- le prophétisme marxiste, nous l'avons vu, est conforme au schéma typique du prophétisme judéo-chrétien: dans le monde antique, les esclaves et les déportés écoutèrent les apôtres;
- Karl Marx a remplacé "le peuple élu" par "la classe élue".
C'est pour cela qu'il faut considérer le "Manifeste communiste" comme la genèse de l'horreur!

L'interdiction de «Mein Kampf», premier pas vers l'interdiction du Manifeste communiste de 1848

Selon le Parquet général de Russie (27 mars 2010): “Ce livre exposant "les idées du national-socialisme (...) justifie la discrimination et l’extermination des personnes qui ne sont pas de la race aryenne"”. Très bien! mais on attend encore un effort de cet institution russe, faire interdire Marx, Lénine et Staline, dont les livres et l'action justifie la discrimination et l’extermination des personnes qui ne sont pas des prolétaires, ce qui a permis de voler et tuer les nobles, les bourgeois, les petit-bourgeois, artisans, paysans…

Aron a démoli le marxisme, démasqué le fond pervers de cette idéologie et celui des intellectuels pro-marxistes

Après avoir déconstruit les mythes de la gauche: le rôle du prolétariat, l'imposture de la révolution et du "sens de l'histoire", ces propos démolissent les intellectuels, compagnons de route du communisme, tel que Sartre et de Beauvoir qui ont servi Staline et abandonné le peuple, ou plus exactement les peuples de Russes et des "démocraties populaires":

Image
Servir Staline, Mao et Castro, et oublier le peuple

Sans surprise, ce livre publié en 1955, a été banni. Soyez sûr que les professeurs de gauche ont fait bien attention à ce que leurs étudiants puissent accéder à ce chef d’œuvre! De plus, les média ont célébré d'autres sociologues qui, eux, ne mettaient pas en péril l'imposture communiste comme Bourdieu!

Un autre mouvement qui s'était intitulé "Socialisme ou Barbarie" a existé après guerre en France. Un nouvel avatar ou opération de désinformation pour cacher la réalité "Socialisme (marxiste) = Barbarie". Après avoir trompé de nombreuses personnes, faire croire que Staline est le méchant et Trotski le bon alors que durant la période 1917-1925 il a été pire que Staline, il s'est dissous après de nombreuses querelles de fractions, sport favori des trotskistes, en 1967.

Le nazisme, mal absolu du XXe siècle?

La méthode commune et perverse des communistes visent à faire croire que le communisme serait l'antithèse du nazisme, à un point tel que le monde se résumerait au communisme et au nazisme. Avec mauvaise foi et terrorisme intellectuel (parfois même physique), l'avantage de ce stratagème permet de dénoncer comme nazi, tout opposant au communisme. Évidemment, ces individus ne veulent pas admettre qu'un vrai antifasciste s'oppose à Hitler et Staline. Ces sociopathes, par intérêt ou par bêtise, n'arrivent pas à imaginer qu'on peut être anti-communiste et étant anti-nazi. Ils piègent ainsi des millions d'idiots utiles! Qu'ils agissent par bêtise ou par intérêt, les communistes sont toujours malsains et dangereux.

_________________
J'ai plus peur de nos propres erreurs que des plans de nos ennemis. Périclés


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 12 Mar 2012, 19:50 
Selon moi le communisme et le nazisme sont 2 engeances criminelles identiques en saloperies. La seule différence c'est que chez l'une le bras est levé et la main ouverte. Chez l'autre le bras est levé, mais au bout du bras il y a un poing fermé.


Haut
  
Répondre en citant  
MessagePublié: 12 Mar 2012, 19:57 
Grand Pope
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 23 Fév 2006, 00:47
Messages: 14749
Faut arrêter le délire... le communisme a fait 10 fois plus de mort que le Nazisme. Le Nazisme est une maladie paroxystique, le communisme une saloperie chronique.

Le communisme est donc 10 fois plus dangereux que le nazisme, phénomène 100% Allemand désormais résorbé (même dans la dynamique pangermaniste, autre maladie européenne, c'est une perversion), alors que la doctrine communiste sévit encore tout à fait légalement dans de nombreux pays.

_________________
Plus Ultra


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 13 Mar 2012, 07:47 
Du Crime
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 21 Aoû 2006, 18:43
Messages: 8691
Localisation: dans la jungle
OptimusPrime a écrit:
Faut arrêter le délire... le communisme a fait 10 fois plus de mort que le Nazisme.


:clope: et comme le dit la sagesse proverbiale : "Entre deux maux, il faut choisir le moindre" :clope:
http://www.linternaute.com/proverbe/149 ... e-moindre/

Face à une situation délicate, à un problème difficile, il faut opter pour la solution la moins pénible. Autrement dit, face à une alternative où chaque issue est douloureuse, il faut quand même se résigner à faire un choix raisonné.

:mrgreen:

_________________
L'homme pense et Dieu rit
Cioran


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 13 Mar 2012, 08:21 
Hier j'ai regardé une émission télé avec le gauchiste Pierre Calvi. C'est fou ce que la gauche et la communiste Buffet sont généreux avec les finances des français. Le pompon dans cette affaire incroyable revient à Madame Buffet, le chantre communiste de ce plateau de télé.

L'égérie qui fait pleurer dans les chaumières expliquait, des sanglots dans la glotte, que son association ne recevait plus autant de subsides pour, tenez-vous bien, faire venir des sidaïques pour les faire soigner en France, pays de cocagne s'il en fut ! De mon point de vue je serais, tant qu'à faire, pour avoir des immigrés bien portants.

Puis la discussion s'éternisait sur : oui il y a un "flux" (c'est fou ce que ces gens là parlent comme des perroquets) de 11 % d'immigrés, la communiste et les autres de gauche trouvaient cela normal. Pas moi, et comment sont comptabilisés les illégaux qui par définition sont virtuels !

Maître Collard a sorti une note de Georges Marchais qui expliquait que l'immigration ça suffisait. Madame Buffet, de mauvaise foi comme on lui a appris à l'école communiste de la rhétorique et de la palabre réunies, n'en fut pas démontée pour autant, ayant l'habitude de faire les poches intellectuellement parlant, c'est-à-dire sans broncher et sans sourciller en regardant les camarades dans les yeux.

Maître Collard a eu des passes (en tout bien tout honneur) d'armes avec la chochotte de notre dame de Paris son maître hiérarchique. A savoir madame Hidalgo qui s'est fritée avec Madame Rachida Dati qui pour l'événement était passée chez son esthéticienne pour un enlèvement des points noirs qui lui donnaient une peau reluisante sous les sunlights du plateau télé. Madame Dati n'a pas la langue dans sa poche.


Haut
  
Répondre en citant  
MessagePublié: 13 Mar 2012, 19:39 
Grand Pope
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 23 Fév 2006, 00:47
Messages: 14749
tyler a écrit:
OptimusPrime a écrit:
Faut arrêter le délire... le communisme a fait 10 fois plus de mort que le Nazisme.
:clope: Et comme le dit la sagesse proverbiale : "Entre deux maux, il faut choisir le moindre" :clope:
http://www.linternaute.com/proverbe/149/entre-deux-maux-il-faut-choisir-le-moindre/

Face à une situation délicate, à un problème difficile, il faut opter pour la solution la moins pénible. Autrement dit, face à une alternative où chaque issue est douloureuse, il faut quand même se résigner à faire un choix raisonné.
:mrgreen:

Le Nazisme est un phénomène allemand, la question pour des français ne se pose pas. Au pire, optons pour le fascisme. Dans la tête des cuistres, fascisme = nazisme.... non non non ET NON. Le fascisme n'est pas forcément impérialiste et n'a pas de fondement racialiste.

_________________
Plus Ultra


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 14 Mar 2012, 10:45 
Du Crime
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 21 Aoû 2006, 18:43
Messages: 8691
Localisation: dans la jungle
C'était un mot d'esprit, cher OP, et tu l'auras compris. J'ai dit et redit ici comme ailleurs, que le nazisme était un avatar purement allemand et empreint de mysticisme. Même s'il est du meilleur goût, pour ceux qui prennent leur clavier pour le Vercors, de résister encore au nazisme, tout cela est du passé. Râpé comme le peuple allemand l'est lui même, après 60 ans de repentance bien orchestrée visant à sa disparition. Une "projection" affirmait récemment que dans 300 ans il n'y aurait plus d'Allemands de souche, au train où vont les choses.

Le fascisme, tu as raison, c'était autre chose ; mais hélas, l'Histoire lui a fait croiser les chemins du nazisme. Comme bien des "ismes", il est donc cuit, lui aussi. L'histoire ne repasse pas les plats, même si par intérêt, elle peut éventuellement les laisser mijoter au feu doux de la repentance.

Dormez en paix, braves gens, tout est tranquille...

_________________
L'homme pense et Dieu rit
Cioran


Dernière édition par tyler le 14 Mar 2012, 12:39, édité 1 fois au total.

Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 14 Mar 2012, 12:00 
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 08 Mai 2005, 19:11
Messages: 1693
Localisation: Nunavut
Y a un type chez les subverfifs qui prêchait un nazisme sans l'antisémitisme :glou: :rofl:

_________________
@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 14 Mar 2012, 22:12 
Grand Pope
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 23 Fév 2006, 00:47
Messages: 14749
tyler a écrit:
OptimusPrime a écrit:
Le Nazisme est un phénomène allemand, la question pour des français ne se pose pas.
Au pire, optons pour le fascisme. Dans la tête des cuistres, fascisme = nazisme.... non non non ET NON. Le fascisme n'est pas forcément impérialiste et n'a pas de fondement racialiste.

C'était un mot d'esprit, cher OP, et tu l'auras compris. J'ai dit et redit ici comme ailleurs, que le nazisme était un avatar purement allemand et emprunt de mysticisme. Même s'il est du meilleur goût, pour ceux qui prennent leur clavier pour le Vercors, de résister encore au nazisme, tout cela est du passé. Râpé comme le peuple allemand l'est lui même, après 60 ans de repentance bien orchestrée visant à sa disparition. Une "projection" affirmait récemment que dans 300 ans, il n'y aurait plus d'Allemands de souche, au train où vont les choses.

Le fascisme, tu as raison, c'était autre chose; mais hélas, l'Histoire lui a fait croiser les chemins du nazisme. Comme bien des "ismes", il est donc cuit, lui aussi. L'histoire ne repasse pas les plats, même si par intérêt, elle peut éventuellement les laisser mijoter au feu doux de la repentance.

Dormez en paix, braves gens, tout est tranquille...

A part l'ancien testament et la prophétie TRES précise sur la prise de Babylone par Cyrus, qui a pu un jour faire une prédiction fiable sur 300 ans ???? Qu'il se dénonce tout de suite, s'il existe. Pendant la grande peste, personne n'aurait parié à une survie du moindre être humain.
En 1941, personne n'aurait prévu la défaite des allemands ?
En 1979, qui aurait pu parier sur l'effondrement du bloc soviétique ?
En 1800, Napoléon avait il envisagé la Bombe H ?

Alors moi les prédictions... je veux bien.... mais ça reste du domaine de la foutaise, de la branlette, du "parler pour parler" de la part d'importants et d'alarmistes qui pensent que "la fin, c'est grave".

Pour en revenir au nazisme: rien de tel que vouloir achever un ennemi mort depuis 60 ans :lol: Ca risque rien et en plus ça donne une certaine prestance. :lol:

Les allemands peuvent tout à fait être un problème pour le reste de l'Europe sans pour autant être nazi. Le nazisme est un "accident génétique" au sein de l'expansionnisme allemand, qui ne pouvait pourtant apparaitre qu'en Allemagne. En voir partout, c'est de la maladie mentale... et ça mérite le camp de concentration !!!!! :rofl: :rofl: :rofl: :rofl: :rofl: :rofl:

_________________
Plus Ultra


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 15 Mar 2012, 06:26 
Du Crime
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 21 Aoû 2006, 18:43
Messages: 8691
Localisation: dans la jungle
Je parlais de "projection", pas de prédiction... Je suppose que cette "projection" partait de données actuelles conçernant la dénatalité allemande.

_________________
L'homme pense et Dieu rit
Cioran


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 19 Mar 2012, 23:34 
Grand Pope
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 23 Fév 2006, 00:47
Messages: 14749
Ouais ouais... à cela je ne ferai que citer la grande littérature.

Poil de cul, poil de couille... au fond, c'est la même essence.

Kevin-Alban Arouet de Voltaire (le fils aîné du grand homme) in: "Santiag et Mizuki au champ de foire", pamphlet prophétique - 1765.
La France pré-maçonnique vue par un couple de transsexuels mercenaires, Santiag le truculent(e) Aragonais(e) et Mizuki "rashujin", le (la ?... le... non la...) bi-polaire geisha/samurai/ninja/salope complaisante/artiste peintre.

_________________
Plus Ultra


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 20 Mar 2012, 00:07 
Coran Tanplan
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 07 Avr 2006, 16:08
Messages: 9598
Localisation: Belgique
:|

Notre OP, 'faut absolument le garder, quitte à l'enchaîner et lui payer des putes :mrgreen: s'il le faut...

... parce qu'il est unique, irremplaçable :ok:

_________________
Fasciste nauséabond


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 230 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 12, 13, 14, 15, 16  Suivant

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Exabot [Bot], Google [Bot] et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher pour:
Aller à:  
cron
POWERED_BY
Traduit par phpBB-fr.com