LibertyVox • Voir le sujet - ALGÉRIE
 
 
Retour à l'accueil
Index du forum

LibertyVox

La voix est libre !
Nous sommes le 22 Juil 2018, 03:39

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 454 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 27, 28, 29, 30, 31  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Re: ALGÉRIE
MessagePublié: 14 Juil 2015, 13:19 
Davis
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 04 Avr 2006, 16:14
Messages: 915
:ok: C'est ce que disent tous les intellectuels de l'Afrique du Nord, à commencer par Kateb Yacine. Nous avons été arabisés par le mahométisme. D'autant plus que le culte mahométan se fait en langue arabe pour tous ceux qui ont embrassé le mahométisme, même des chinois même des russes. La Parole d'Allah étant intraduisible et la prière mahométane comportant des morceaux de Coran, ne serait-ce que la fatiha

http://www.huffpostmaghreb.com/2015/07/13/ghardaia-violence-ben-nao_n_7784948.html?1436797212

L'anthropologue Ahmed Ben Naoum dénonce un mensonge "construit": le conflit à Ghardaïa n'est pas ethnique
HuffPost Algérie | Par Hebba Selim. Publication: 13/07/2015 16h11 CEST Mis à jour: 13/07/2015 16h20 CEST

Image

L'anthropologue algérien Ahmed Ben Naoum n'est pas content des assertions émises dans la presse algérienne au sujet de la nature présumée ethnique des violences à Ghardaïa. Ce sont des "énormités racistes" explique-t-il avec sévérité au journal El Watan en rétablissant la bonne orthographe des Cha'anba, la partie présentée, à tort, comme étant "arabe" dans de nombreux médias y compris algériens.

Les "cha'anba" sont des berbères Zénètes et ne sont pas des arabes, rappelle-t-il. Tout en faisant la part de l'ignorance, l'anthropologue estime qu'il existe une entreprise délibérée pour les présenter comme des "arabes" afin de donner à la crise dans la vallée du M'Zab une tonalité ethnique ou une "minorité" serait menacée.

Dire que les Cha'anba sont des arabes "constitue au mieux une erreur due à l'ignorance, au pire à un mensonge consciemment construite diffusé en vue de NUIRE. C'est une contre-vérité historique. Ils ne sont aucunement une fraction de B’ni H’lel ou B’ni Soleym.". Professeur d’anthropologie à l’Université de Perpignan et ancien directeur du Centre National de Recherches Préhistoriques Anthropologiques et Historiques d’Alger (CNRPAH) souligne que les cha'anba font "partie de la majorité Zénète de ce pays… Ils ont été arabisés comme l’ont été les autres Zénètes, sauf à dire qu’ils expriment leur culture dans une des langues arabes qu’ils ont largement "zénétisée" dans la morphologie et la syntaxe".

Il n'a jamais été question, dit-il, "de berbères et d’arabes comme certains veulent le faire croire" en investissant "à posteriori les problèmes du nord dans ceux du sud. Non plus qu’entre malékites et ibadhites."

"Dans la gueule du monstre"

Pour lui, des "agendas extérieurs et des intérêts locaux" se conjuguent dans le "complexe des causes des flambées de violence devenues chroniques, notamment les mafias du foncier, la prolétarisation et la sédentarisation effrénées des dizaines de milliers de nomades de tout horizon, parmi lesquels les Cha'anba, et l'arrivée de gens du nord en masse, dans une vallée exiguë, où ne vivaient que les ibadhites (…)"

Pour lui, ceux qui veulent le présenter comme un problème entre "arabes" et "berbères" prennent leur "fantasmes pour des réalités". Il souligne que les "ibadhites parlent la langue des Zénètes et l’arabe des Zénètes. Ils ont toujours été parfaitement bilingues et ont toujours été instruits en arabe". L'Algérie, souligne-t-il dans une mise en garde sévère, "gène des intérêts colossaux" et elle "tombera si nous ne prenons pas conscience que nous sommes déjà dans la gueule du monstre".

L'anthropologue note que "notre ignorance de notre propre histoire crée la division dans notre société". Il dénonce la "nullité voulue et construite" de l'université algérienne qui devient ainsi un "instrument actif" d'une future déstabilisation du pays.

Source

_________________
Image

Signature


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: ALGÉRIE
MessagePublié: 24 Oct 2015, 15:06 
Davis
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 04 Avr 2006, 16:14
Messages: 915
http://lepetitrapporteurdunet.unblog.fr/2015/05/25/un-vaste-complot-se-dessine-contre-lalgerie-avertit-serguei-lavrov-ministre-des-affaires-etrangeres-de-la-russie/

Un vaste complot se dessine contre l’Algérie, avertit Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères de la Russie.
25 mai 2015

Etant des alliés traditionnels, M.Lavrov a notamment réitéré le soutien de son pays à l’Algérie. Le chef de la diplomatie russe a dévoilé, lors de son passage en Tunisie, que l’Algérie est devenue la cible des instigateurs et autres fomenteurs qui insistent pour y écrire le dernier épisode d’un supposé printemps arabe. Aussi, a-t-il mis en garde les autorités algériennes contre lesinstigateurs de ce qu’on appelle «printemps arabe».

Le ministre russe des AE incrimine directement ceux qui ont été à l’origine des bouleversements provoqués délibérément en Tunisie, en Libye et au Mali, d’où parvient la plus grande menace contre l’Algérie. Il estime que les conspirateurs du nouvel ordre mondial établissent leurs plans à base d’une politique d’influence en misant sur les minorités populaires et les réseaux terroristes.

Cependant, cette menace soulignée par Moscou n’est pas nouvelle pour les services de renseignements algériens, pas une menace qu’ignorent les services de renseignements algériens. Soumis à une très forte pression depuis le début de la guerre civile en Libye, les forces de sécurité algériennes ont misé sur leur expérience acquise sur le terrain de la lutte antiterroriste. En un temps relativement court, des milliers d’informations et de témoignages de première main ont été analysés et recoupés par les services du DRS engagés dans une course contre la montre contre tous genres de menaces, notamment des groupuscules criminels nés à l’ombre d’une crise libyenne qui aura servi de catalyseur au mouvement jihadiste. Un mouvement relativisé et parfois banalisé par l’ensemble des parties entrées en guerre contre le régime d’El Gueddafi, dont la France, la Grande-Bretagne et les USA.

Dans leur banque de renseignements les services de sécurité ont réussi à identifier des réseaux nouvellement constitués composés de Marocains et de Libyens.

L’arrestation de plusieurs agents du Mossad en Algérie en est la preuve tangible. Ne jugeant pas nécessaire de dévoiler le véritable scénario programmé contre l’Algérie, des sources très au fait du contexte confient que l’Algérie constitue «un terreau fertile» pour les grands appétits occidentaux. Le rapport du département d’Etat américain sur les droits de l’homme qui épingle paradoxalement l’Algérie et l’analyse du Combating Terrorism Center (CTC) de l’Académie militaire de West Point qui a mis sous la loupe tout ce qui se passe dans le sud de l’Algérie, prétextant que cette région névralgique de l’économie du pays, serait l’épicentre d’un éclatement populaire à cause de la marginalisation des minorités, ne peuvent être considérés que comme une introduction aux véritables visées des Occidentaux.

Une perception initiatrice de ce qui se prépare. «L’Algérie est-elle dans le collimateur des USA ?» s’interrogeait L’Expression dans l’une de ses précédentes éditions! La réponse a été révélée dans les colonnes du Los Angeles Times. Le journal rapporte que «des troupes de forces spéciales américaines se sont installées en Tunisie». Cette présence dont nous avons fait foi, mais démentie par les autorités tunisiennes est justifiée, souligne le même organe de presse par le fait «d’entretenir les forces militaires tunisiennes en matière de lutte contre le terrorisme».

Les marines dont le nombre serait d’une cinquantaine ont pris position au sud de la Tunisie à un vol d’oiseau des frontières algériennes depuis le mois de janvier 2014. «Un avion de type hélicoptère s’y est installé aussi», précise encore le Los Angeles Times. Ce n’est que l’aspect visible de l’iceberg et de l’énorme stratégie de guerre annoncée contre l’Algérie.

En effet, depuis la fin de l’année précédente, des informations vérifiées font état d’une forte présence d’agents des services de renseignement américains et d’agents de l’Africom dans le Sud tunisien. Jalouse de sa souveraineté, l’Algérie avait agi en un temps record pour libérer plus de 600 otages tout en sécurisant le périmètre. L’Unité spéciale appelée à mener l’opération avait impressionné le monde entier par son professionnalisme! Même si les USA prétextent leur mobilisation en Afrique pour une coordination de lutte contre le terrorisme et pour préserver leurs intérêts, il est tout de même difficile de ne pas croire que les USA n’ont pas un intérêt pour une partie de l’Algérie dont les réserves de gaz de schiste, de gaz conventionnel et d’autres minéraux comme l’uranium.

Des clans complaisants sont déjà sur le terrain pour la mise en marche de la locomotive de déstabilisation.

http://www.chaos-controle.com le 24 Mai 2015

_________________
Image

Signature


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: ALGÉRIE
MessagePublié: 24 Oct 2015, 16:06 

Enregistré le: 31 Aoû 2012, 10:43
Messages: 792
Et nous allons aussi avoir droit à des "rebelles modérés "aussi pour renverser le régime ? :wink:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: ALGÉRIE
MessagePublié: 25 Oct 2015, 14:34 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
Un "complot" contre l'Algérie ? Le FNL et ses héritiers sont le principal "complot" contre l'Algérie, pas besoin de chercher trop loin. Et puis ça fait 50 ans qu'on soutient ces crapules corrompues et qu'on cède à tous leurs caprices. On ne tient visiblement pas à les renverser.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: ALGÉRIE
MessagePublié: 25 Oct 2015, 14:40 
De couette
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 31 Déc 2008, 17:57
Messages: 1187
Cher Uncle, d'accord avec vous sur la nocivité du FLN, et ce depuis que De Gaulle a malheureusement décidé de leur laisser l'Algérie à leur bénéfice exclusif. Mais ce qui risque de se jouer demain, c'est une campagne de déstabilisation du type "printemps arabe".

Je n'ai aucune sympathie pour Bouteflika et son gang, mais si les gérontocrates du FLN sont balayés au profit de groupuscules à la Daech, tout le problème libyen se déplace de quelques centaines de kilomètres vers l'ouest, c'est-à-dire en face de chez nous. Et il se trouvera nécessairement de nombreux Algériens pour basculer dans le camp du "Califat", saisissant l'occasion qui leur avait été refusée dans les années 90.

Sauf si Poutine accélère et finit le boulot en exterminant Daech au Levant, coupant l'herbe sous les pieds de M. Al-Baghdadi et de ses sponsors orientaux et occidentaux...

M.

_________________
THYBRIM MULTO SPUMANTEM SANGUINE CERNO

ENOCH WAS RIGHT...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: ALGÉRIE
MessagePublié: 25 Oct 2015, 14:54 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
Entièrement d'accord. Algérie et Maroc risquent fort d'être déstabilisés au profit des fondamentalistes. :wink:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: ALGÉRIE
MessagePublié: 13 Nov 2015, 18:24 
Davis
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 04 Avr 2006, 16:14
Messages: 915
http://www.letempsdz.com/index.php/132-actualite/170495-le-harcelement-sexuel-prend-de-l-ampleur-la-rue-interdite-aux-algeriennes

Le harcèlement sexuel prend de l'ampleur : La rue interdite aux Algériennes !
11 novembre 2015

Image

es menaces, des insultes, des remarques salaces ou des gestes obscènes…! Dans la rue, les femmes algériennes en subissent souvent, et sans réagir, de peur d'être montrées du doigt ou d'être «mises sous contrôle strict» par… la famille.

Ce phénomène prend des proportions alarmantes en Algérie. Aujourd'hui, les femmes risquent même de se faire tuer en plein jour. Comme cela a été le cas, cette semaine, de Razika Chérif, une femme de 40 ans, qui a été écrasée par un automobiliste qui la harcelait en plein centre de la commune de Magra (M'sila). Après l'avoir poursuivie pendant un long moment et devant son refus de céder, le «fou-frustré» fonce avec son véhicule utilitaire délibérément et heurte mortellement la victime.

La scène est bouleversante. L'automobiliste de 33 ans est passé «à deux reprises au moins» sur le corps de la victime, la tuant sur le coup. Les témoins oculaires n'ont rien pu faire pour sauver l'infortunée Razika Chérif, dont le seul tort est d'avoir refusé de céder aux avances de son agresseur.
Ayant pris la fuite, le monstre humain a été arrêté lundi par les services de sécurité. Mais ces derniers refusent d'admettre les raisons et les circonstances de ce crime abject. Face à ce silence, les associations civiles s'indignent : «La mort de Razika ne doit pas passer sous silence. Il est urgent d'enclencher un véritable débat national au sujet du harcèlement sexuel qui menace la dignité et l'intégrité des Algériennes dans les rues», appelle la coordinatrice du réseau Wassila d'aide aux femmes victime, Mme Dalila Iamarène.

Avec ce nouveau drame, estime notre interlocutrice, la coupe est pleine. «Cette malheureuse femme a payé l'absence et le laxisme des autorités face à ce fléau qui gangrène la société», s'est-elle indignée. Pour elle, il est plus qu'urgent de lancer un réel débat national sur comment arrêter ce «terrorisme» contre les femmes. Mme Iamarène a exprimé sa colère contre les sénateurs qui sont «grassement payés», mais ils ne font pas leur travail. «Il y a des milliers de femmes qui attendent l'adoption de la nouvelle loi sur la protection des femmes, mais celle-ci reste bloquée au Conseil de la nation (Sénat) alors qu'elle a été adoptée à l'unanimité par le Parlement en mars», a-t-elle dénoncé.

Des lacunes dans le projet de loi

Selon la militante, le Sénat traîne ses pas, parce qu'il est attentif aux conservateurs qui ne veulent pas reconnaître la citoyenneté de la femme. «Cette loi dérange les religieux qui nous considèrent comme des objets. Les violence et les crimes commis à notre égard ne vont jamais cesser si les coupables demeurent impunis.»

Elle a signalé par ailleurs des insuffisances dans le projet en question. «Dans ce texte, il n'y a pas de poursuite judiciaire dans le cas ou les femmes pardonneraient à leurs agresseurs, alors qu'on sait que la plupart d'entre elles retirent leur plainte par peur», a-t-elle relevé, ajoutant «bien sûr qu'elle ne va pas engager des poursuites, c'est elle qui est violentée et menacée de mort». Dans ce sens, Mme Iamarène appelle à la mise en place de mécanismes pour l'application de cette loi. Elle cite à titre d'exemple la loi sur la pension alimentaire.

«Les femmes divorcées n'arrivent pas à obtenir la pension alimentaire de leur ex-mari car les mesures d'application de cette loi manquent. Elles se trouvent obligées de passer par une longue procédure judiciaire pour obtenir leur droit. Faute de moyens, celles-ci finissent par abandonner», a-t-elle expliqué.

_________________
Image

Signature


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: ALGÉRIE
MessagePublié: 28 Nov 2015, 19:03 
Davis
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 04 Avr 2006, 16:14
Messages: 915
http://www.lepoint.fr/culture/boualem-sansal-on-verra-la-fin-de-daech-mais-ce-ne-sera-pas-la-fin-de-l-islamisme-27-11-2015-1985354_3.php

Boualem Sansal : "On verra la fin de Daech, mais ce ne sera pas la fin de l'islamisme"
Propos recueillis par Julie Malaure. Publié le 27/11/2015 à 16:09 - Modifié le 27/11/2015 à 17:22 | Le Point.fr

VIDÉO. L'auteur algérien de "2084", qui imagine un Big Brother islamiste, nous fait part de son inquiétude au lendemain des attentats de novembre.
Propos recueillis par Julie Malaure En tête du palmarès Le Point des 25 meilleurs livres de l'année, récompensé du grand prix de l'Académie française ex æquo avec Hédi Kaddour, l'auteur algérien de 2084 nous fait part de son inquiétude au lendemain des attentats de novembre. Rencontre.

Le Point : Vous avez connu la décennie noire en Algérie. Qu'est-ce qui vous a poussé à vous pencher sur le problème de l'islamisme en France ?

Boualem Sansal : J'étais en train d'écrire Le Village allemand. Dans ce livre-là, je voulais démontrer que l'islamisme évoluait dans l'axe du fascisme et même du nazisme. Je l'avais vu en Algérie, et j'avais entendu parler de ce qui se passait chez vous, alors je suis venu entre 2006 et 2008. J'ai enquêté, et dans beaucoup de banlieues, j'ai vu...

Ce n'est donc pas nouveau. Aurions-nous dû réagir plus tôt ?

Il aurait fallu, mais c'était de toute façon impossible. Parce que ce sont des revendications qui sont là et les choses se font toujours à notre insu. On pense souvent que, après tout, ce n'est pas grave. Et il y a toujours eu ce discours qu'on nomme aujourd'hui la bien-pensance. Les gens politiquement corrects multiplient les appels à éviter les amalgames. Alors cela paralyse les autres. Pour les bien-pensants, critiquer l'islamisme, c'est critiquer l'islam. Alors que pas du tout.

Aujourd'hui, après les attentats du 13 novembre, comment réagir ?

C'est comme pour la drogue. Au début, c'est très facile d'arrêter ; en revanche, si vous réagissez dix ans plus tard, il faut des traitements lourds. Est-ce que l'État a les moyens de les mettre en œuvre ? Non, il n'a ni les moyens financiers ni législatifs.

Mais la France reste et demeure un pays laïque, tout de même...

La difficulté, c'est que l'islamisme est une coopérative internationale. Il n'y a pas que vos musulmans de banlieue. Il y a aussi leurs compatriotes au Maghreb, en Asie. Lorsque les Français ont voulu légiférer sur le voile, le président et les ministres ont dû recevoir des centaines de protestations quotidiennes venant d'Arabie saoudite, de Libye, etc. C'est devenu un élément de négociation dans les grands dossiers économiques : "Pourquoi voulez-vous que l'on vous donne des contrats alors que vous malmenez notre religion, obligez nos sœurs à se voiler, empêchez nos frères de construire une mosquée ?" Les pouvoirs publics sont paralysés. Agir localement a un retentissement international.

Si la réponse n'est pas politique, quelle est-elle ?

Lorsque le politique ne prend pas les décisions qu'il faut, la population s'en rend compte et se substitue au gouvernement. Elle se dirige donc vers les partis politiques qui lui semblent les plus aptes à prendre ces décisions, comme le Front national. Voilà le danger.

Les intellectuels n'ont-ils pas là un rôle à jouer ?

Je ne voudrais pas les critiquer, mais je trouve que les intellectuels ont été lamentables. Parce qu'il n'y a plus d'intellectuels. Il y a des hommes d'appareil. Ils sont au service de tel ou tel parti, sont dans une doxa et demandent les éléments de langage à la direction du parti avant de réagir sur quoi que ce soit. Ils sont universitaires, ils sont journalistes, ils ont un fil à la patte. Ils n'arrivent pas à se libérer, ne sont pas indépendants. Ce ne sont pas des Voltaire. Sinon, c'est un suicide.

Est-ce la peur qui paralyse tout le monde ?

Oui, la peur d'être taxé de néocolonialiste et d'opportuniste. Même s'il est vrai que s'exprimer peut être dangereux. En Arabie saoudite, on peut être condamné à mort pour le simple fait de dire que l'on n'est pas musulman. Moi-même, lorsque je parle, même ici en France, je suis obligé d'utiliser certains mots et pas d'autres.

Vous ne vous sentez plus en sécurité en France ?

Avant, rien que lorsque l'avion décollait d'Alger, c'était déjà formidable. Aujourd'hui, nous ressentons le malaise des Français. La présence policière et militaire, dès l'aéroport, la façon dont les étrangers sont contrôlés à l'entrée ; on est pris par cette ambiance. Depuis Charlie , je me suis surpris à avoir peur en France. C'est aussi lié à mon livre, qui m'expose beaucoup. Alors, depuis novembre, avec la peur, c'est aussi la colère qui s'installe. Car la cible, c'est ce qui faisait la France, cette légèreté – et cette chose très française qu'est le plaisir de la conversation –, on sait que les islamistes ne font pas dans le détail : pour eux, cette civilisation doit disparaître. Tout le monde doit entrer dans l'islam, et c'est cela qui est en train de l'emporter.

Pourtant, cette fois, on s'attaque à Daech...

Daech n'a pas d'avenir. On verra la fin de Daech, mais ce ne sera pas la fin de l'islamisme. L'islamisme est là. Il est très intelligent, très actif. Pour poursuivre le parallèle entre l'Algérie et la France, lorsque le GIA a été éradiqué, on en est presque venu à le regretter. Ce qui a remplacé le GIA est pire que tout. Cet islam-là nous entraîne dans un effondrement moral. J'habite une ville universitaire, je n'y avais jamais vu ni mosquée ni pratique religieuse. Aujourd'hui, à Boumerdès, il y a 15 mosquées super-équipées, avec bibliothèques, service informatique, pleines 24 heures sur 24, et le vendredi, alors que ces lieux de prière peuvent contenir 500 à 600 personnes, les gens sont obligés d'aller prier jusque dans les rues adjacentes... En état de guerre, les frontières étaient claires. Là, les islamistes se sont répandus et d'autres les ont rejoints, par lâcheté ou à cause du politiquement correct. Et on l'accepte. Toute la population capitule. Comme à l'époque du nazisme où pour dix nazis, au bout du compte, tous les Allemands l'étaient.

Que faut-il penser de l'attentat qui vient de toucher la Tunisie ?

C'est une démocratie naissante, une petite fleur, et les islamistes tiennent absolument à l'arracher avant qu'elle ne prenne racine. Ils vont obliger le gouvernement à faire du tout sécuritaire. Alors il n'y aura plus de démocratie, tout sera suspendu, interdit, les touristes ne reviendront plus. C'est un danger que de confier le pouvoir aux policiers et aux militaires. Même en France, cela me fait peur. C'est compliqué d'être dans la peau de quelqu'un comme moi en ce moment. Quelqu'un qui a l'air d'avoir annoncé ce qui arrive...

2084. La fin du monde de Boualem Sansal (Gallimard, 19,50 euros).

_________________
Image

Signature


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: ALGÉRIE
MessagePublié: 30 Nov 2015, 17:09 
Davis
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 04 Avr 2006, 16:14
Messages: 915
http://www.djazairess.com/fr/lqo/5221772

Algérie : un parti «Daech» qui défend le chameau, pas la femme
Kamel Daoud. Publié dans Le Quotidien d'Oran le 30 - 11 - 2015

Daech n'est pas seulement des attentats, des décapitations ou des immolations. C'est aussi une culture, une littérature, un mode de pensée. Et la géographie du Daech culturel semble être plus vaste que celui de ces frappes dans le dos de l'humanité. Jugez-en : en Algérie, et en réaction à une ministre qui a expliqué que la loi criminalisant les violences faites aux femmes est bloquée par les islamistes, le MSP (Mouvement de la société pour la Paix) a publié un communiqué. Morceau rare de ce concentré de bêtise, de fascisme et d'intégrisme signé (ô la grossière manœuvre) par une femme. Qu'y lit-on ? L'essentiel d'un argumentaire hallucinant sur des «raisons» expliquant pourquoi ce parti, à la mentalité Daech, rejette cette loi.

Cette loi, qui criminalise la violence faite aux femmes, est donc une «atteinte» à la famille algérienne, version Hamas : celle où le mâle dominant peut frapper, casser et la femme peut cuisiner et subir. Cette loi est même «dictée» par des pressions étrangères (bien sûr : la main étrangère est celle-là même qui donne des gifles aux femmes au nom du machisme ou de la suprématie coranique de l'homme sur la femme). Cette loi ne «résoudra pas la question de la violence» mais participera à la déliquescence de la «famille algérienne».

Exact : il faut donc frapper les femmes parce que cela évite qu'on se frappe les uns les autres dans les rues. Le Mouvement, né de l'internationale islamiste et qui n'est donc pas de naissance algérienne, en appelle à l'indignation, la révolte, la réaction machiste collective pour stopper cette loi et menace même d'une fin de monde au cas où l'Algérie vote une loi qui va protéger ses femmes. Et c'est tout le résumé de cette mentalité : ce genre d'islamistes est vaincu partout dans le monde mais trouve les moyens d'affirmer sa virilité «islamique» face aux femmes algériennes.

Et cela vous frappe d'impuissance et de stupeur : on comprend, à lire ce communiqué publié sur le site de ce parti, pourquoi la Palestine et ses faiblesses, pourquoi le sous-développement, pourquoi le blabla au lieu de la conquête de la lune, pourquoi la faiblesse économique et le ridicule culturel et pourquoi on va remonter le temps vers le chameau puis vers l'urine de chameau comme réinvention du vaccin contre la peste.

On comprend tout et on devine l'avenir au cas où cette tumeur gagne du terrain, prend le pouvoir ou domine les esprits et les écoles encore plus. Ce parti, né d'une trahison et d'une corruption des sens, grandi par le mercenariat politique, incarne cette culture Daech mental qui se répand, s'affirme et veut nous voler le pays. Ce parti, qui est resté silencieux sur tout, est comme ses frères, il ne sait faire que deux choses : voler des révolutions ou accuser les femmes de provoquer les sécheresses ou les séismes. Donc frapper sa femme est ce qui va protéger la nation algérienne, assurer son avenir et sa stabilité. Petits machos mous qui se font déculotter partout dans le monde et qui ne trouvent moyen de vengeance qu'en frappant les femmes ou en défendant ceux qui les violentent. Miséreux du siècle que l'on doit subir au nom des deals lâches avec nos régimes, et que l'on supporte parce que nous ne sommes pas comme eux, parce qu'on préfère défendre nos femmes que de défendre des chameaux sacrés.

Ainsi, après avoir fait la Guerre de libération et assuré la liberté pour le pays, la femme algérienne doit subir le sort de ces petits lâches et leur effet de blocage sur une loi qui est là pour la protéger. Ce pays est donc encore à décoloniser et à nettoyer d'une autre peste.

Kamel Daoud

_________________
Image

Signature


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: ALGÉRIE
MessagePublié: 23 Déc 2015, 19:22 
Davis
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 04 Avr 2006, 16:14
Messages: 915
http://www.leparisien.fr/international/ait-ahmed-l-opposant-algerien-est-mort-23-12-2015-5397041.php#xtref=https%3A%2F%2Fnews.google.fr

Ait-Ahmed, l'opposant algérien, est mort
R.B | 23 Déc. 2015, 18h20 | MAJ : 23 Déc. 2015, 18h48

Image

Hocine Ait-Ahmed, ancien président du parti du Front des forces socialistes (FFS) et l'un des dirigeants de la guerre de libération nationale, est décédé mercredi à son domicile de Genève), pays où il s'était réfugié depuis des années. Âgé de 89 ans, Ait Ahmed était malade ces dernières années. Un responsable de son parti parti à Alger a indiqué que le «le chef historique du FFS est décédé» promettant un communiqué pour donner plus de détails.

Aït-Ahmed était le dernier encore en vie des neuf «fils de la Toussaint», les chefs qui ont déclenché la guerre d'Algérie contre la puissance coloniale française, le 1er novembre 1954.

Le dirigeant politique est décédé à l'hôpital «à la suite d'une longue maladie», a indiqué le FFS dans un communiqué sans mentionner de quoi il souffrait. Le parti, que Hocine Aït-Ahmed avait fondé en 1963, a fait part de son «immense douleur».

Inlassable pourfendeur de l'armée et de la police politique et opposant radical au régime depuis l'indépendance du pays en 1962, Aït-Ahmed était affaibli depuis 2012 et avait cessé toute activité politique.

En 1999, il s'était porté candidat à l'élection présidentielle mais s'était retiré de la course en pleine campagne électorale, considérant que le scrutin était verrouillé en faveur du candidat du régime, Abdelaziz Bouteflika, qui dirige toujours le pays à l'heure actuelle.

_________________
Image

Signature


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: ALGÉRIE
MessagePublié: 02 Jan 2016, 19:15 
Davis
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 04 Avr 2006, 16:14
Messages: 915
http://www.liberte-algerie.com/culture/ibn-khaldoun-la-kabylie-la-femme-le-couscous-et-le-burnous-202269

Ibn Khaldoun : la Kabylie, la femme, le couscous et le burnous !
Par Rédaction nationale le 06-03-2014 08:50

En réponse à une question relevant des frontières du pays des Berbères avec br...io, Ibn Khaldoun (1332-1406) a dit : la contrée des Berbères débute là où les hommes portent le burnous et s’arrête là où les gens ne mangent pas du couscous. Ce propos parvenant d’un savant de la taille d’Ibn Khaldoun nous rappelle la place déterminante qu’occupent l’art vestimentaire et l’art culinaire dans la définition de l’identité d’un peuple. Le costume est une langue. L’habillement n’est pas neutre. Tout est codifié, significatif et porteur de messages.

J’ai pensé aux dires d’Ibn Khaldoun, en observant l’état honteux vers lequel a dégringolé le costume algérien, masculin comme féminin. L’aliénation commence par l’habillement. Dans la visibilité de la femme ou de l’homme, rien n’est impartial. Je ne suis pas nostalgique, mais la femme algérienne d’aujourd’hui, par son costume, ne ressemble en rien à la femme algérienne de jadis ! Et je ne suis pas nostalgique ! Elle ne ressemble ni à ma mère Hadja Rabha, ni à Djamila Bouhired, ni à Zhor Wannici, ni à Beggar Hadda, ni à Taos Amrouche, ni à cheikha Remiti, ni à cheba Yamina, ni à Lalla Fathma n’Soumer, ni à Assia Djebar, ni à Farida Saboundji, ni à Hassiba Boulmerka, ni à ma grand-mère Hadhoum, ni à… !

Un petit détour dans les archives des années soixante et soixante-dix de la Télévision nationale, dans les archives du cinéma algérien, dans les archives du théâtre, dans les archives des reportages photos de l’APS, dans les albums familiaux… sur toutes les photos, toutes les images, la femme algérienne signait son identité, d’abord par son costume ! Dans son costume kabyle, tlemcénien, chaoui, targui, m’zabi, constantinois, algérois, oranais… elle était belle, séduisante, pudique, bent familia, mais avant tout algérienne… Dans son beau costume on la sentait en harmonie avec elle-même. C’était elle, l’Algérienne et pas quelqu’un d’autre !

Dans une société dont la culture de l’hypocrisie est dominante, le voile islamique importé a changé sa charge idéologique. Il n’est plus la bannière islamique des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix. En ces jours, il est porté en tant que parapluie afin que la femme s’achète la paix sociale et fuie l’œil affamé du loup ! Otage d’une société machiste et hypocrite, en puisant dans la culture de la ruse, la femme utilise le costume islamique afin d’élargir l’espace de sa liberté sociale. Dans une société où la culture de l’hypocrisie masculine est dominante, la femme dissimulée sous ce parapluie socio-religieux se sent libre, une liberté soumise et violée. Dans une société masculine d’apparences, de semblant, la femme voilée est tolérée à fréquenter les coins les plus sombres, les plus soupçonnés. Otage d’une société hypocritement religieuse, la femme abandonne son costume algérien au profit d’un autre saoudien ou afghan afin d’envahir hypocritement l’espace public masculin suspecté.

Dans cette ère socialement hypocrite, religieusement fourbe, voici quelques caractéristiques du costume d’une jeune femme algérienne d’aujourd’hui : un voile sans identité, un pantalon jeans dont les ourlets sont foulés par des baskets Nike ou par une paire de savates en plastique, un veston en cuir porté sur une djellaba pakistanaise, afghane ou marocaine portée sur un pull syrien, à son tour porté sur une chemise turque mal brodée, le cou entouré d’une écharpe chinoise, des lentilles en couleur de marque taïwanaise et un parfum contrefait jordanien ou libanais embaume son passage confus ! L’tham a disparu ! Le haïk a disparu ! L’adjar a disparu ! Lmalaya a disparu ! L’fota a disparu ! Le foulard a disparu ! Nos belles femmes ne sont plus là ! Dans une société hypocritement religieuse, on avance vers l’arrière !

Amin Zaoui 01.04.14 dans Chroniques régulières, la une CED, les Chroniques.

_________________
Image

Signature


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: ALGÉRIE
MessagePublié: 10 Fév 2016, 04:59 
Acerbe
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 20 Juin 2006, 04:20
Messages: 4762
Le titre est trompeur.

https://www.youtube.com/watch?v=bHHhUTeFoG0

Réaction : Alain Soral Visite l’Algérie
Aldo Stérone. 10 novembre 2015



Je réagis a une courte vidéo où il livre son sentiment en vrac. Oran ville poubelle, colonialisme, sort des églises en Algérie, Israël… etc.

_________________
Image

Roma Æterna / Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice. George Orwell.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: ALGÉRIE
MessagePublié: 11 Fév 2016, 19:29 
Davis
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 04 Avr 2006, 16:14
Messages: 915
Le Narcissisme de la Conversion & Images Bibliques
Aldo Stérone. 16 septembre 2014

https://www.youtube.com/watch?v=9QzVPhxGk6w

_________________
Image

Signature


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: ALGÉRIE
MessagePublié: 20 Fév 2016, 14:30 
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 30 Avr 2005, 01:16
Messages: 6806
GUY61 a écrit:
1962. Algérie. Les Harkis et les Justes

Histoire d'un abandon programmé en 1962

http://www.calameo.com/read/0010146491de124ee6183
eksitos a écrit:
Merci pour toutes ces précisions. Comme souvent, les ''responsables'' criminels et sans honneur s'en sont bien tirés.
GUY61 a écrit:
Recherche toujours en cours : les Justes. Ils ont sauvé l'honneur, plutôt que d'obéir à des ordres infamants.

https://drive.google.com/file/d/0B4HIwvuMzcAARDFhaW1jQnFhS1NCdnhOYUppMDI3MXlTUkw4/view?usp=sharing
Lahrma a écrit:
Du moment que l'état considérait qu'il existait un peuple algérien, et que la volonté de ce peuple était incarnée par le FLN, il estimait que les futurs Algériens ayant combattu dans les rangs de l'armée française, étaient l'équivalent des kollabos, engagés dans la milice ou la LVF. Il convenait donc de s'en défaire au plus vite, peu important finalement quel soit leur destin.

Du point de vue de l'état, ils ne pouvaient être considérés comme des citoyens français à part entière. Cette raison d'état est détestable, d'autant qu'elle est subordonnée aux fins poursuivies par les dirigeants dudit état, fins forcément fluctuantes et dépendant de la détermination de la politique nationale. Aujourd'hui, ce même état a adopté un point de vue radicalement inverse, consistant à naturaliser le plus possible d'algériens résidant sur le territoire français. Il n'en a pas pour autant reconnu sa faute à l'égard de musulmans, citoyens français et qui entendaient le rester !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: ALGÉRIE
MessagePublié: 23 Fév 2016, 11:36 
Davis
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 04 Avr 2006, 16:14
Messages: 915
http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2016/02/23/31003-20160223ARTFIG00080-l-ecrivain-algerien-kamel-daoud-diabolise-un-nouvel-indice-d-un-climat-d-intimidation.php

L'écrivain algérien Kamel Daoud diabolisé : un nouvel indice d'un climat d'intimidation
Par Chantal Delsol Publié le 23/02/2016 à 09:40

Image

En 2014, Kamel Daoud reçoit le Prix François-Mauriac pour son livre Meursault, contre-enquête.

TRIBUNE - Quiconque décrit certains aspects de la culture musulmane se voit aussitôt injurié, constate l'universitaire Chantal Delsol.

Chantal Delsol, membre de l'Institut et professeur de philosophie politique à l'université Paris-Est, vient de publier « La Haine du monde. Totalitarismes et postmodernité», Éditions du Cerf, collection «Philosophie», 240 p., 19 €.

L'écrivain et journaliste algérien Kamel Daoud vient de subir des attaques très violentes qui sont révélatrices d'un choix français: la volonté profonde et consciente de ne pas regarder l'islam tel qu'il est. Dans deux textes respectivement publiés par La Repubblica et le New York Times, Kamel Daoud a analysé les agressions sexuelles de Cologne au regard de sa connaissance de la religion musulmane, culture dont il est l'héritier. Il décrit l'image de la femme et ses conséquences, et finalement ce qu'il appelle «la misère sexuelle du monde arabe» qui permet d'expliquer ce qui s'est passé en Allemagne au.../... (suite payante)

_________________
Image

Signature


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 454 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 27, 28, 29, 30, 31  Suivant

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher pour:
Aller à:  
cron
POWERED_BY
Traduit par phpBB-fr.com